Francis Carsac, Œuvres complètes, tome 1

Il y a 13 ans, dans un autre recoin de ce coin de web, j’écrivais à propos de Ce monde est nôtre :

C’est un vieux classique par un vieux routard de la SF française des années 60, et la suite de Ceux de nulle part, que j’ai apprécié en tant qu’ado. Ici revient l’intrigue assez classique d’un explorateur d’une civilisation intergalactique plongé dans une guerre sur une planète médiévale. Pas trop mal mené, mais les thèmes et surtout le style ont mal encaissé les années.

Francis Carsac, Œuvres complètes, tome 1 Adolescent, j’aimais bien les trois Carsac que j’avais lu, notamment dans un recueil du Club du Livre d’Anticipation de mon père, entre les Robots d’Asimov et l’Empire de l’Atome de Van Vogt. L’été dernier, j’ai trouvé chez beau-papa l’intégrale parue il y a 20 ans chez Lefrancq et je lui ai empruntée.

Sur la forme : cette intégrale contient moultes coquilles, quelques bout de phrases déplacés, des sauts de paragraphe manquants et même une mention erronée de Terre en fuite sur le tome 1 (à la place de Ce monde est nôtre). Je sais certes que l’on peut relire mille fois un texte et qu’il restera toujours des coquilles, mais bon. De plus, les commentaires du fils de l’auteur, pas inintéressants dans le tome 1 pour éclairer un peu l’œuvre, manquent totalement du tome 2.