Les causes et le processus de la chute de Rome font débat depuis des siècles, et les théories ne manquent pas. Le livre de Kyle Harper s’étend de l’apogée de l’Empire (milieu du IIè siècle sous Marc Aurèle) à l’effondrement des Byzantins devant l’Islam conquérant. Kyle Harper, se fondant sur les recherches pluridisciplinaires de ces dernières années, insiste sur deux facteurs qui n’expliquent peut-être pas tout, mais beaucoup de choses : le climat, et les maladies. Finalement, on s’étonne que cet Empire ait tenu aussi longtemps.

(Comme d’habitude, les commentaires personnels sont en italique ; le reste est prise de notes de ce dont je veux me souvenir.)

Kyle Harper est professeur à l’université d’Oklahoma. Le titre original The Fate of Rome contredit un peu le propos, qui est, justement, que l’Empire romain a remarquablement tenu pendant le demi-millénaire couvert par le livre, malgré une suite de catastrophes sanitaires et la dégradation du climat,. La chute de Rome n’a rien eu d’un phénomène régulier. Après les pertes effroyables de la Peste antonine sous Marc Aurèle, la démographie et le commerce se rétablirent. Après la Peste de Cyprien, l’Empire fut envahi et sombra dans le chaos pendant une génération (crise du IIIè siècle), mais les Empereurs-soldats danubiens reprirent les choses en main, et tout semblait aller pour le mieux quand déferlèrent les Huns. Une fois l’Empire d’Occident dépecé, celui d’Orient partit à la reconquête, mais son élan fut brisé par l’apparition de la Peste, dont il ne se releva pas, facilitant la conquête arabe. Le reste ne fut qu’une agonie s’étalant sur des siècles, avec quelques hauts et beaucoup de bas (voir tous les détails dans d’anciens billets sur l’Empire byzantin : formation, apogée justinienne & catastrophe, nouveau redressement & agonie).