L’Empire qu’Auguste avait fondé devait compter de l’ordre de 70-75 millions d’habitants sous Marc Aurèle. Évidemment, tout ce qui ressort de la démographie de cette époque ne peut être qu’évalué indirectement : les sources précises ne sont généralement que locale, et si Rome comptait 1 million d’âmes et n’était pas la seule métropole, l’essentiel de la population restait paysanne. La paix, une certaine stabilité grâce à l’assimilation des élites locales, des routes commerciales sûres, le fameux génie civil romain, évitaient les famines généralisée. L’approvisionnement restait bon : Rome ne s’écroula pas sous la surpopulation. Par contre, l’hygiène était ignorée, et les habitants des villes devaient être victimes en permanence de maladies contagieuses, notamment oro-fécales, du paludisme... Le poids du bouillon de culture permanent se lit dans les squelettes, plus petits qu’avant et après l’Empire. En conséquence, mortalité infantile élevée et espérance de vie faibles ne pouvaient être compensés que par une natalité élevée.

Quoiqu’il en soit, cette population crût globalement pendant les deux premiers siècles après l’avènement d’Auguste, profitant d’un optimum climatique et de conditions plus favorables qu’actuellement. En conséquence, l’armée ne manquait pas de recrues, et les impôts permettaient de la payer : les frontières étaient tenues.

Des villes surpeuplées, un bouillon de culture permanent, des communications pas très rapides mais internationales, des armées en déplacement : c’est un environnement idéal pour une maladie infectieuse. En 165, au sortir d’une guerre victorieuse contre la Perse, apparut la Peste antonine, qui ravagea l’Empire depuis le Moyen Orient jusqu’à la Gaule. En suivant le témoignage de Galien, entre autres, Harper finit par l’associer à la variole, apparemment inconnue des médecins romains. (Une leçon au passage : si la vaccination a éradiqué la variole il y a peu, des réservoirs animaux de virus voisins existent toujours…) Pour Harper, les virus antiques n’étaient pas que ceux que l’humanité connaissait depuis le Néolithique ou avant, et notre époque n’a pas l’exclusivité des maladies émergentes : la nature n’arrête pas de nous jouer des tours.

Les pertes, peut-être 20 % de la population, effacèrent les gains démographiques depuis Auguste, mais la civilisation tint bon, les structures étatiques et commerciales subsistèrent, les frontière tinrent. Une conséquence fut le regain de religiosité, au profit du culte d’Apollon le guérisseur : même habitués aux épidémies, les Romains restèrent frappés par celle-ci.

L’Empire continua tant bien que mal, intégrant de plus en plus les élites des populations périphériques à son fonctionnement. Caracalla fit de tous les hommes libres de l’Empire des citoyens. Malgré les virus, la population effaça peu à peu les pertes. Mais, variabilité solaire aidant, l’optimum climatique méditerranéen, son humidité atypique, ses événements El Niño rares, était passés, le climat était plus sec. Il semble que les crues du Nil aient été moins hautes.

La « Peste de Cyprien » frappa de 249 à 262, juste après la célébration du millénaire de Rome. Il est difficile de savoir quelle était précisément l’agent. Harper penche pour un filovirus, du genre d’Ebola. Les conséquences furent funestes pour l’Empire : l’effondrement démographique et commercial, puis bancaire et fiscal rendit l’armée impuissante face à des attaques simultanées sur toutes les frontières. Les Perses occupèrent la Syrie, les Goths passèrent le Danube et descendirent en Grèce, Francs et Alamans se répandirent en Gaule, même l’Italie fut touchée. Des provinces firent sécession (Palmyre avec Zénobie, Empire des Gaules), et les Empereurs connaissaient tous une mort violente : la crise du IIIè siècle dura 20 ans.

L’Empereur Aurélien redressa la situation et réunifia l’Empire. Comme bien d’autres après lui (jusqu’à Justinien) il provenait des zones frontières très militarisée du Danube. Les modifications structurelles furent nombreuses : élites sénatoriales écartées du pouvoir militaire, prédominance du rôle de l’armée (avec le besoin impérieux de la solder), villes de l’intérieur à nouveau fortifiées et plus petites qu’auparavant, recrutement militaire plus difficile, peuples barbares fédérés pour garder les frontières à la place de soldats trop rares, dont une partie accédera aux plus hautes places dans l’Empire.

Les religions antiques, faillies, ne se relevèrent pas de l’épidémie, elles furent supplantées par de nouvelles. Aurélien adorait le Sol Invictus, et les Chrétiens sortirent de la marginalité — à la grande horreur de ceux qui les accusaient d’être responsables des catastrophes en refusant de sacrifier aux dieux ; d’ailleurs, en prônant la compassion, et donc les soins aux malades, la maladie les frappaient moins violemment...

L’Empire survécut donc une fois encore, et l’Antiquité tardive commença. Le climat du IVè siècle entrait dans un cycle assez favorable mais inconstant, et la récupération dépendit beaucoup des provinces. La population continuait de subir les épidémies habituelles autant, sinon plus, que dans les siècles précédents. Par exemple, le climat instable et les disettes entraînaient un exode vers les villes, bouillon de culture fatal à bien des nouveaux arrivants. Mais on ne relève pas de pandémie.

Pendant les années 300, la civilisation romaine subit d’innombrables transformations, de la christianisation à la centralisation, et à l’amorce de la séparation en deux ensembles distincts. Rome n’était plus depuis longtemps la résidence du pouvoir, l’Empereur étant souvent aux frontières, comme à Trèves. En conséquence, Constantinople était situé parfaitement entre les deux principales menaces, sur le Danube et sur l’Euphrate.

Selon le scénario d’Harper, les évolutions climatiques continuèrent de créer de nouvelles menaces pour Rome. La première, l’assèchement des steppes asiatiques, provoqua la migration des Huns (véritables réfugiés climatiques !) et par ricochet le déplacement des Ostrogoths, puis Wisigoths, peuple fédéré qui demanda l’asile à Constantinople. Accueillir en-deça du Danube un peuple qui guerroierait pour lui semblait d’abord une aubaine pour l’Empire, mais l’incompétence romaine mena à leur révolte, une guerre ouverte, et la pire défaite romaine depuis Hannibal à Andrinople en 378. Leur soumission par Théodose ne fut que partielle.

Ce ne fut que le premier coup de boutoir. L’armée de l’Antiquité tardive n’était plus celle des siècles précédents, faute de volontaires, pas seulement pour des raisons démographiques. Elle comptait pourtant un demi-million d’hommes qui auraient dû tenir le choc — si Orient et Occident était arrivés à s’entendre. Les Wisigoths déjà installés se rebellèrent ; d’autres arrivèrent de l’extérieur, notamment lors de la fameuse traversée du Rhin en 406. Il ne s’agissait pas de raids mais de migration de peuples sous la pression des Huns. Quand en 410 les Goths d’Alaric firent le siège de Rome pour rançonner l’Empire, puis pillèrent la ville, un symbole tomba. Incapable de conserver sa coordination avec l’invasion ou la sécession de ses provinces, l’Empire d’Occident ne put reprendre la main ni se défendre dans les années suivantes contre les attaques des Huns d’Attila. L’Empire d’Orient dut y faire face également dans les Balkans. Ironiquement, les maladies locales qui avaient tué tant de Romains brisèrent parfois l’élan d’envahisseurs peu protégés contre le paludisme ou les bouillons de culture des villes.

L’Empire d’Occident n’était plus (officiellement en 476), chose facile à tracer dans les constructions de villae, la disparition des flux commerciaux ou l’effondrement de la population des villes. En ville, la saisonnalité des décès change : autrefois, nombre d’adultes, immigrés de fraîche date, tombaient en masse l’été, victimes des virus locaux ; ceux-ci semble disparaître. Économiquement, une entité surnage : l’Église.

L’Empire d’Orient, lui, était sorti à peu près intact de l’épreuve, encore politiquement stable, riche de son commerce, de ses métropoles Constantinople, Alexandrie, Antioche... À partir de 527, Justinien, Empereur énergique, entama de grandes réformes, bâtit beaucoup, fit la paix avec la Perse, lança ses troupes à la reconquête de l’Afrique puis de l’Espagne, de l’Italie. Tout semblait alors lui sourire, quand la nature frappa.

Alors qu’après 450 avait commencé un « petit âge glaciaire de l’Antiquité tardive » (jusque 700), en 535 commença une série d’éruptions volcaniques (en 2005, j’avais rapporté ici un documentaire accusant le Krakatoa des malheurs des Byzantins). Partout 536 fut l’« année sans été », et les décennies 530 et 540 furent les années les plus froides depuis des siècles.

Pendant le IIIè siècle le commerce avait allègrement repris, ainsi que le crédit bancaire, permettant des échanges lointains, jusqu’en Inde et en Orient : j’ai appris que la Route de la Soie (et du poivre) passait aussi par la Mer Rouge et l’Océan Indien. Constantinople en profitait encore sous Justinien. Le cataclysme suivant provint probablement de là : en 541, Péluse, en Égypte, est la première ville touchée par la peste.

L’ADN a montré que la Peste justinienne de 541-543 a été provoquée par le bacille Yersinia pestis. Il allait saper la démographie de l’Europe pour deux siècles, avant de revenir frapper à la fin du Moyen Âge (Peste noire du XIVè siècle), et régulièrement jusqu’au XIXè siècle. Le virus parasite des puces, elles-mêmes parasites de rongeurs, et en premier lieu les rats noirs. L’Empire romain était pour eux un pays de cocagne : des villes et des réserves de grains partout pour soutenir une natalité galopante, de nombreuses voies de communications sur terre et mer pour se répandre partout. Certes, le virus et les puces ne s’attaquent que faute de mieux aux humains (et à d’autres espèces qui ont pu servir de vecteur) ; mais une fois les rats eux-mêmes décimés, la promiscuité de l’époque favorisait la transmission des puces et des virus. Pourtant, le rat noir était bien connu des Romains. Mais le climat du VIè siècle plus froid a pu favoriser la végétation, l’explosion des populations de rongeur, favoriser la diffusion du virus.

Si la peste avait déjà frappé localement dans la passé dans des variantes moins virulentes, la peste de Justinien valait bien la Peste noire. De plus la population romaine était affaiblie par les problèmes climatiques et son lot de virus habituel. Résultat : un taux de mortalité de 80 % et la disparition de peut-être 50 % de la population. La peste dépeupla Constantinople et Alexandrie, frappa jusqu’en Bretagne et en Bavière, épargna sans doute plus les zones désertiques (Maures, Arabie...) et les nomades. Faute de bras, on ne récolte plus, la famine s’installe. Suite à la dépopulation, le cours du blé s’effondre et le système bancaire aussi, puis les finances de l’Empire.

Justinien se maintint mais l’élan était brisé. La Peste revint régulièrement dans les décennies suivantes dans toute la Méditerranée, jusqu’après la conquête arabe, à chaque fois violemment, profitant des flux commerciaux. Partout l’archéologie indique une population en décroissance et une économie anémiée sur le long terme. Une bonne crue du Nil provoqua des inondations dans le delta, faute de bras en amont pour gérer l’irrigation. Justinien ne put qu’à grand peine contenir les Avars (eux-mêmes réfugiés climatiques selon le documentaire susnommé ?). Tout autour de la Méditerranée l’économie des divers États périclitait et la population des villes descendit à des niveaux ridicules. En Italie, le royaume ostrogoth reprenait la route de la prospérité, mais l’attaque des Byzantins et la peste entraînèrent l’effondrement des restes de la civilisation romaine. Les nouveaux États qui se formeraient, comme l’Empire franc, seraient plus continentaux.

Les années suivantes, l’Empire romain d’Orient épuisé, toujours à la recherche d’argent et de soldats, dut poursuivre sa guerre inexpiable contre les Perses, et perdit du terrain dans les Balkans et en Italie.

Le coup de bambou final fut religieux. Comme pour les crises précédentes, la crise climatique, la peste, l’effondrement de la civilisation, provoquèrent une poussée de croyances apocalyptiques. Le pape Grégoire le Grand pensait la fin du monde proche. Les Chrétiens n’étaient pas les seuls touchés, au contraire, et le thème est majeur dans l’Islam, apparu au VIIè siècle. Les Arabes profitèrent de la guerre qui épuisait les Perses et les Byzantins pour s’attaquer aux deux, et en peu d’années les Romains perdirent Égypte et Orient, ne sauvant leur capitale que de justesse.

Kyle Harper arrête là son histoire. L’Empire romain d’Orient, réduit à un bout de Grèce, romain uniquement que de nom à présent, ne disparut formellement qu’en 1453. Il eut entretemps quelques belles années (par exemple vers l’an 1000). Peut-être aurait-il pu survivre jusqu’à nous sous une forme ou une autre.

Sur le fond, rigoureusement, je ne suis pas qualifié pour juger de la pertinence. Il y a eu de nombreuses théories sur la fin de l’Empire romain, celle-ci a le mérite de s’appuyer sur les dernières recherches scientifiques en démographie antique, climatologie, biologie... Je trouve parfaitement plausible qu’une civilisation urbaine, ignorante des règles de base de l’hygiène, paie un tribu effroyable aux maladies. Basée sur l’agriculture, elle était forcément soumise aux caprices du ciel, lequel s’est détérioré pendant cette période. Et de tout temps, faute de rentrées fiscales, les limites de l’organisation d’un État apparaissent de manière fragrante, et il peut difficilement contenir le chaos social ou les agressions extérieures. L’impact du climat a joué un rôle dans la Révolution française, peut-être en Syrie récemment.

Il n’y a pas de déterminisme là-dedans. L’Empire a réagi différemment à trois épidémies massives en quatre siècles, et Harper montre bien ce qui a résisté et les évolutions sociales en conséquence. Au bout d’un certain temps, épidémies, climat, menaces extérieures et problèmes intérieurs se conjuguent, « les étoiles s’alignent », les problèmes s’accumulent jusqu’à la rupture — mais changer un des facteurs aurait pu modifier la donne.