Le changement de millénaire en 2001

Je sais que cela fait un peu réchauffé, et le débat a été moins vif à l’approche de l’an 2000 qu’aux siècles précédents, paraît-il. Mais il y a une raison très simple pour laquelle le XXIè siècle et le IIIè millénaires ont commencé en 2001 et pas en 2000, et elle me fascine par sa simplicité[1].

Il n’y a pas d’année 0, ni dans le calendrier julien, ni dans le grégorien.

Et pourquoi ?

Parce que le zéro n’existait pas quand on a « inventé » le calendrier chrétien ! On remonte là au moine Denys-le-Petit en 532.
En Gaule, les descendants de Clovis s’étripaient joyeusement, l’Europe s’enfonçait dans la semi-barbarie, l’Empire byzantin était à son apogée, et l’Islam n’existait pas.
Ces gens-là évidemment ignoraient qu’ils étaient en 500 et quelques, de même que les Romains sous Auguste n’ont pas vu passer le début de l’Ère chrétienne (sauf ceux-là).

Que Denys ait fait une erreur de trois, quatre ou six ans dans la date de naissance du Christ est ici un détail[2]. La numérotation des années qu’il étrennait ne pouvait commencer qu’à 1.

Ironie du sort, les Indiens inventaient le zéro-nombre à peu près au même moment. Si la papauté avait attendu quelques siècles de plus pour numéroter les années, peut-être aurions-nous fêté le IIIè millénaire à la Saint-Sylvestre 1999.

Quoique

Les calendriers occidentaux (au contraire de certains orientaux) comptent les années en cours, et pas écoulées (comme on compte un âge).
Donc la première année était la 1, et il s’était écoulé un an depuis la naissance théorique du Christ à la fin de cette année-là.
Il s’était écoulé neuf ans à la fin de l’année 9, et quatre-vingt-dix-neuf ans pleins à la fin de l’année 99.
Pour faire un siècle (une durée de cent années) il a fallu attendre encore un an, à la fin de l’an 100. Le second siècle ne commença qu’après, en 101. Etc. jusqu’à nos jours.
Et à chaque approche d’un nombre rond, il a fallu rééduquer la population (totalement renouvelée depuis le précédent réveillon de changement de siècle).

Mais l’année Zéro existe !

Pour les astronomes, la situation est un peu différente. Pour faciliter les calculs astronomiques, un zéro est quand même bien pratique, assimilé à l’an -1 du calendrier « classique ». En toute rigueur, un astronome pourrait effectivement parler de début du IIIè millénaire le 1er janvier 2000, mais il n’utilise pas alors les mêmes conventions que l’essentiel de l’humanité...

Tous les détails sur Wikipédia, article Année Zéro.

Notes

[1] Beaucoup de choses me fascinent que les autres trouvent pénibles ou sans intérêt. C’est mon côté contemplatif.

[2] Et vues les conditions de travail, voyage, communication, archivage... de l’époque, et le demi-millénaire écoulé entretemps, une belle réussite tout de même.