Petit Rémi est tombé sur ma boîte de jeu d’échec, que j’ai ressortie du haut d’étagère où elle croupissait depuis des années, et a exigé d’y jouer.

À trois ans, je ne m’attends pas à un miracle. Le positionnement des pièces dans la position initiale est une activité à part entière, et même ça n’est pas encore bien intégré. Avec le talent bien particulier des tout-petits à créer ex nihilo des règles pour des jeux découverts une minute auparavant, Petit Rémi m’incendie vertement (« Tu fais n’importe quoi ! ») si j’ose poser une pièce blanche sur une case noire. Il y a encore du boulot...