Combien ça coûte ?

Au passage, une petite estimation du coût annuel de ces gourmands outils pour une utilisation 24 h/24 (certes non représentative puisque souvent il y a mise en veille) :

  • Prix du kWh EDF : en heures pleines : 0,1074 €/kWh, et en heures creuses (8h par jour) : 0,0654 €/kWh
  • Donc le coût d’une puissance d’1 W constante toute l’année est : 0,001 kW x (0,1074 €/kWh x 16 h + 0,0654 €/kWh x 8 h) x 365 j/an = 0,82 €/an
  • Donc mon vieux Pentium II dans le placard (40 W) me revient à 32 €/an en électricité.
  • Et mon Core 2 Duo (150 W au repos) allumé toute l’année me coûterait 122 €/an.
  • Le lecteur de CD jamais utilisé à 2 W revient à 1,6 € (multipliez par des millions de PC et calculez le gain pour EDF et consorts...).
  • Le méga-serveur Sun à 80 cœurs que j’ai évoqué, en charge à fond en permanence (ce genre de bête ne s’achète que si on en a l’utilisation !) alourdirait la note de 5700 € par an (au tarif EDF particulier avec TVA ; j’ignore dans quelle mesure les entreprises payent moins ou plus)... plus climatisation obligatoire et supplément probable d’abonnement.

Faire tourner le programme du SETI en arrière-plan (processeur à fond), ou laisser tourner des économiseurs d’écran 3D gourmands en puissance, revient cher à la fin de l’année. La chose pourrait se discuter en hiver (l’énergie gaspillée se transforme en chaleur et remplace du chauffage) ; mais en été cette situation est intenable (chaleur supplémentaire, bruit), surtout avec une climatisation (chaleur payée évacuée avec de l’énergie également payée).

Écogestes

Donc voici les égogestes informatiques :

  • Supprimer tous les services d’arrière-plan qui font mouliner le processeur.
  • Virer l’économiseur d’écran, ou le limiter à quelques minutes avant extinction de l’écran.
  • Ne pas mettre de cartes PCI inutiles, voire de lecteur CD, si ils ne servent pas (mais Murphy frappera, et justement vous découvrirez le lendemain que votre serveur a justement besoin d’une sortie son ou d’un lecteur pour ripper un CD).
  • Envoyer le monstre en veille prolongée en cas d’inutilisation.
  • Pour éviter le piège de la consommation résiduelle mais permanente des machines soit-disant éteintes, préférer les multiprises avec un bouton mécanique (évidemment la veille prolongée ne doit pas être un simple sommeil consommant encore quelques watts...).

Restera ensuite la question qui tue : quelles sont les mesures ci-dessus qui seront de nature à raccourcir la durée de vie d’une machine ? L’éteindre et la rallumer souvent abîme l’alimentation. Enlever des cartes pour ne les remettre que ponctuellement augmente les risques de mauvaise manipulation (un argument de plus pour les périphériques USB malgré la salade de câble !). Quel est le coût financier et écologique d’un PC flingué par fausse manip radine ?