Après le coin télé, mon wattmètre s’intéresse au coin PC. Celui-ci dépend aussi d’une seule multiprise avec interrupteur.

  • Tout éteint : 0 W, cos φ = 1.
    Une bonne base.
  • Allumage de la multiprise, sans rien branché dessus : 0 W.
    La petite LED ne consomme rien.
  • Rajout du bloc secteur de la borne de rechargement de mon Palm[1] : 0 W !
    Enfin un transfo qui n’utilise PAS de courant au lieu de chauffer comme un malade même s’il ne sert pas !
  • Connexion de la prise de l’ordinateur ÉTEINT : 5,9 W, cos φ = 0,50.
    Manifestement, l’extinction n’est que logicielle. Mon PC grille presque 6 W (ça ferait 5 €/an sans la multiprise) juste pour alimenter le morceau de la carte mère qui vérifie que le bouton ON/OFF est enfoncé !
  • Connexion de la prise de l’écran ÉTEINT : 6,6 W, cos φ = 0,38.
    Moins scandaleux que le PC, mais toujours 0,7 W pour rien.
  • J’ai mis brièvement le Palm en charge par curiosité : 10,6 W.
    Un Palm qui charge consomme donc 4 W.
    Par contre, il semble que, même une fois la batterie pleine, il continue à pomper du courant. Il est donc déconseillé de le laisser charger toutes les nuits, sous peine de payer 1 ou 2 € de plus à EDF ou consort à la fin de l’année.
  • La deuxième multiprise en cascade concerne deux périphériques rarement utilisés : le scanner (éteint, interrupteur mécanique), et l’imprimante laser[2]. Si je l’allume, on monte à 12,1 W, cos φ = 0,37.
    Le scanner éteint ne devant pas consommer grand-chose, on en déduit que l’imprimante en veille fait du 5 W juste pour répondre aux ordres venus du réseau.
  • J’allume l’ordinateur[3] et toute sa périphérie (clavier, souris, lecteur de cartes, hub USB...), mais pas l’écran.
    Le temps de booter la consommation monte quelques instants à 124,9 W, cos φ = 0,80.
    Une fois chargé le bureau de KDE, processeur en train de glander, on oscille autour de 104 W, cos φ= 0,79.
    90 W environ, au repos, pour une machine récente, j’ai peur que ce soit déjà une valeur raisonnable...
  • J’allume l’écran plat[4] : on monte à 137 W.
    J’épargne donc 33 W à éteindre l’écran en quittant brièvement le bureau.
  • Je lance trois sessions de cpuburn pour bien saturer les deux cœurs du PC : on monte à 176 W, cos φ = 0,82, dont environ 121 W juste pour l’unité centrale chargée !
    Rien à voir avec les monstres testés il y a peu par hardware.fr et dont j’ai parlé, mais tout de même. Si j’étais un fou de PoV-Ray au point de laisser la bécane calculer des images toute la journée et toute la nuit (comme du temps de mon 486...), ou si je me lançais dans Seti@Home, cela me reviendrait à pas loin de 100 € par an...
    Après tout, le disque dur indique 41°C, le processeur de la carte graphique annonce 66°C, et le temps est frais pour la saison. Il faut bien que cette débauche de calories vienne de quelque part.
  • Le « régime permanent » (tout allumé, processeur qui se tourne les pouces) est donc de 137 W.
    J’éteins la multiprise de l’imprimante, descente à 132 W, cos φ = 0,81.
  • Ce qu’il y a de bien avec la dernière version d’Ubuntu (7.04), c’est que la mise en veille fonctionne sur ma machine ! Je clique donc sur « Suspendre », et le compteur chute à... 8,9 W ! cos φ = 0,46.
    Bref, une différence ridicule de 3 W entre l’« extinction » et la suspension de l’ordinateur. Dans ce dernier cas, la machine se rallume en quelques secondes. Par contre, interdiction de couper la multiprise.
  • Le menu offre l’hibernation également, ce qui permettrait de couper le courant tout en rebootant assez vite. Mais ça ne marche pas sur ma machine :( (Mise à jour du 15 janvier 2008) Ça marche sous Gutsy, je peux couper le courant !

Instructif, tout ça... Je suis conforté dans ma manie de mettre des multiprises avec interrupteur partout.

Je dois reconnaître une chose : à côté des accumulateurs, du chauffe-eau, du sèche-serviette de la salle de bain, du lave-vaisselle, de l’halogène du plafond qui grille 150 W pendant des heures tous les soirs, toute la dépense du coin informatique est finalement relativement dérisoire…

Notes

[1] Un Zire 71 de 2003.

[2] Une vieille Laserjet 6L.

[3] Bon moyen de gamme de moins d’un an d’âge : Intel Core 6300 1,86 GHz, format tour, 2 Go de RAM, un disque dur.

[4] Un ViewSonic 17” de 2006.