Tintin pendant la Seconde Guerre Mondiale

Entre 1940 et 1944, les aventures de Tintin publiées d’abord en strips noir et blanc dans le quotidien Le Soir, puis en albums, seront beaucoup moins politiques, occupation allemande de la Belgique oblige. Pendant que paraissent les nouvelles aventures, les rééditions en couleur des anciens albums continuent.

  • Le Crabe aux Pinces d’Or prétexte un « simple » trafic de drogue pour envoyer Tintin au Maroc. Le principal intérêt est l’arrivée dans l’univers tintinesque d’un certain Haddock, loin d’être à ce moment un personnage positif (pas vraiment un « méchant », plutôt un pauvre type). Dans le souk, les Dupondt et Tintin croisent un Juif caricatural, tout à la fait dans l’ambiance des caricatures de l’époque (mais celui-là est manifestement pauvre).
  • L’Étoile mystérieuse narre une course à la conquête d’un aérolithe tombé dans l’Océan arctique. C’est la première incursion de Tintin dans la science-fiction.
    L’album est plus politique qu’il n’y paraît au tout premier abord : les concurrents de Tintin sont originellement américains (dans la version d’après-guerre, ils sont ensuite remplacés par un État imaginaire, mais les noms anglo-saxons restent) ; les compagnons d’expédition de Tintin ne viennent pas de chez les Alliés ; et les financiers au nez crochu de ces adversaires sortent tout droit des caricatures antisémites de l’époque. Le Soir relaie la propagande allemande et Hergé lui-même se repentira de s’être laissé entraîner à cette époque dans la rhétorique de l’« Ordre nouveau ».
  • Le diptyque le Secret de la Licorne et le Trésor de Rackham le Rouge sort en 1942-43 en strips puis en album. Ce sont des albums intemporels (à la technologie près : le lourd scaphandre de Tintin n’a rien à voir avec celui, autonome, que Cousteau invente à peu près à cette époque).
    Des personnages capitaux apparaissent cependant dans ces albums : Nestor, le fidèle domestique, et surtout le professeur Tryphon Tournesol (fortement inspiré par le professeur Auguste Piccard, alors célèbre). Le professeur permettra au capitaine d’acquérir le château de son ancêtre, nouveau quartier général de Tintin et de ses amis. (Comme le savent les lecteurs du présent blog, Moulinsart est une version amputée du château de Cheverny.)
    Pour la petite histoire, un certain pirate Jack Rackham a sévi jusque sa pendaison en 1720, donc dans la bonne époque pour rencontrer François de Hadoque, officier de Louis XIV.

À suivre...