Bilan rapide[1] :

  • Installation sans problème et rapide. De ce côté-là, Linux enfonce Windows puisqu’en plus les applications les plus courantes sont déjà installées (et les autres accessibles en cinq secondes).
  • Globalement, cette version est nettement plus rapide à démarrer et s’arrêter que la 8.04 (et pas seulement parce que j’ai perdu des services inutiles au démarrage).
  • À propos de KDE4.2 : même si j’étais globalement satisfait de mon ancien 3.5, le nouveau est léché, et ne semble pas si mal fini[2], intéressant. Serai-je plus productif au final avec cette interface à base de plasmoïdes ? Pas sûr.
  • Par contre les effets de bureau fonctionnent bien. J’ai ENFIN l’équivalent d’Exposé sous Linux, après trop d’années d’attente. Je le paye de quelques bugs d’affichage mineurs mais bon, rien de grave.
  • Il faut reconnaître que je suis globalement déçu par la stabilité des applications KDE. À un moment j’ai presque eu envie de partir sous Gnome (dont le bureau se lance à une vitesse effrayante, mais on va tester mieux sur le netbook). Une fois résolu le problème de transition décrit ci-dessous, ça allait nettement mieux mais même Windows semble plus stable.
  • Pour la transition, il est critique de ne PAS chercher à récupérer son profil KDE3. Ce fut la cause de nombre d’aberrations. Autant se créer un profil basique et fouiller dans .kde pour regarder fichier de configuration par fichier de configuration si on tient aux données qui sont dedans (carnet d’adresse, mails, configuration de kmail, filtres de classement...)
  • kpilot ne semble plus fonctionner pour mon antique Palm, mais c’était déjà très aléatoire en 8.04.
  • La mise en veille ne semble hélas pas mieux marcher (j’ai peu essayé et pas creusé).
  • Ça a été le clou : les sauvegardes de Wesnoth ne sont pas compatibles entre l’ancienne 1.4 et la nouvelle 1.6 ! Petit Rémi aurait été fort déçu de ne pas terminer la campagne en cours.
    Bon, je m’en suis tiré en installant explicitement la 1.4 puisque les dépôts de la 8.04 sont utilisables.

Bref, une mise à jour dispensable si la 8.04 convient encore ; je n’ai pas vu de fonctionnalité majeure qui vaille le coup de la migration. Et KDE4 a besoin de mûrir un peu.

Notes

[1] Parce que si j’attends de peaufiner, ce billet aura vite atteint sa date de péremption, nettement plus rapprochée que pour la masse de billets au stade brouillon qui moisissent depuis des mois sinon des années.

[2] La 4.0 était une erreur paraît-il.