Plus le temps passe, plus Voyages-sncf.com m’énerve :

- Recherche d’un Châlons-en-Champagne-Strasbourg un vendredi à 17h : le site ne me sort qu’un Châlons-Nancy-Strasbourg qui prend cinq heures, alors que n’importe quel guichetier châlonais sait qu’en changeant à Reims on peut boucler le tout en trois. Le plus grave est que si on achète le billet à Paris ou Strasbourg, le guichetier ou la borne, eux, ne se basent que sur ce que renvoie l’équivalent de Voyages-sncf.

Plus grave, le site est incapable de sortir le Châlons-Paris-Strasbourg qui m’a permis de rentrer chez moi après que j’ai manqué le train précédent (fichu taxi !). Sans l’efficace guichetière, je passais une nuit de plus là-bas alors que femme et enfants m’attendaient impatiemment après une semaine de boulot au loin.

Si on précise une étape à Paris ou Reims, le site trouve les trajets par Reims ou Paris. Il faut le savoir.

- Une fois l’horaire affiché, le bouton « Trains suivants » fonctionne quand il veut, et il veut rarement.

- Gros problèmes de rafraîchissement quand on modifie départ ou horaires, il a du mal à les prendre en compte.

- Une liaison Strasbourg-Sarrebrück (Allemagne), c’est apparemment impossible. Si, il reconnaît bien les deux gares. Dans l’autre sens, ça fonctionne !??!

- Trop de pubs. Même Adblock n’arrive pas à les filtrer toutes. Une orgie d’images au chargement. J’en frémis pour ceux qui en sont restés au modem 56k.

- Une flopée d’aides dans tous les coins est en général le signe d’un site pas très bien pensé. Bon, soyons honnête, Léa la petite assistante animée a été fort pertinente le jour où elle a suggéré la carte enfant (amortie en un aller-retour en famille sur la capitale).

- Le bouton « Rechercher » ne recherche pas aussitôt mais réaffiche les départ et arrivée, avec plus d’options, il faut cliquer une deuxième fois pour obtenir les tarifs.

- Les problèmes ne sont pas liés au navigateur (bugs trouvés sous Safari, Firefox 2 et 3, Opera 9, Linux et Mac...).

Bref, ça sent le site boursouflé qui veut en faire tellement et de manière tellement moderne qu’il se prend parfois les pieds dans le tapis... Les guichetiers ne sont pas près de se faire remplacer par une page web. Ni par les bornes d’ailleurs, aussi lentes qu’un TGV Est est véloce (c’est pire que Socrate au siècle dernier, il faut le faire), et qui sont incapables d’échanger un billet dont la destination change !