Les gènes mutent en permanence. Par quelques passages peu techniques, Évelyne Heyer explique clairement de quelle manière on peut lister et exploiter les écarts afin de remonter aux ancêtres communs de deux populations, et estimer les transferts démographiques entre elles. Chaque exemple de sa fresque historique est l’occasion d’illustrer un concept : dérive génétique dans les petits groupes isolés, possibilités offertes par les différents types de code génétique (mitochondrial, chromosomes X ou Y…) ; ou d’expliquer une technique ou difficulté : recherche d’ADN dans les os, dents, les bulbes de cheveux, difficultés de conservation dans certains sols…

Un chercheur qui cherche des volontaires pour ses études dans des régions reculées peut avoir quelques surprises : la cordialité d’un administrateur quasi-soviétique d’Asie centrale, la surveillance du FSB ouzbekh, le blocage d’une région où est tombé un Soyouz, les frontières à passer en douce après avoir perdu un passeport, l’accueil et l’aide spontanés des nomades, les ravages de l’alcoolisme dans le Kouzbass, la musique hyper-sophistiquée des Pygmées, ou une véritable Vallée des Rois dans l’Altaï.

Depuis longtemps, je dévore tout ce qui est démographie dans Pour la Science ou Science & Vie ; je savais par exemple que les Homo sapiens non africains avaient rencontré Néandertal en arrivant au Moyen-Orient, et que leurs descendants, nous comme les Aborigènes d’Australie, avions gardé quelques pour cents de gène néandertaliens. Je savais aussi qu’à côté de Néandertal existaient au moins 2 ou 3 espèces comme Denisova, qui elles aussi nous ont légué quelques gènes. Je ne savais pas que la chronologie de l’histoire de l’humanité était aussi bien établie. Résumé :

−200 000 et −300 000 ans en Afrique : apparition de l’homme moderne

Le livre n’en parle pas, mais cela se passe pendant l’avant-dernière glaciation.

La limite entre Homo erectus et Homo sapiens est un peu floue.

−120 000 ans : séparation des Khoe & San

Leurs descendants sont les derniers chasseurs-cueilleurs du Kalahari.

−100 000 ans : Homo sapiens en Asie

La Chine a été colonisée il y a plus de 100 000 ans. Par contre, ces premières vagues, et même les suivantes évoquées plus bas, y compris celle qui se croisera avec Denisova et ira en Australie, n’ont pas laissé de trace génétique.

−70 000 ans au Moyen Orient : Sapiens rencontre Néandertal

(Donc pendant la dernière glaciation, entre −100 000 à −10 000 ans environ).

La rencontre a commencé vers −70 000 ans. Il semble avoir suffi de 150 métissages laissant une descendance, dans quelques groupes sortis d’Afrique, de quelques milliers d’individus au total, pour expliquer la diffusion des gènes vers notre espèce. Les deux groupes manquaient-ils d’intérêt l’un pour l’autre, ou les hybrides étaient-ils généralement stériles ?

Se sont-ils rencontrés paisiblement et romantiquement, ou violemment ? Les gènes ne le disent pas, mais le chromosome X (masculin) semble peu touché par le métissage : peut-être les hommes métis étaient-ils plus facilement malades (ils n’ont pas de deuxième chromosome X, mais un Y), peut-être le croisement était-il asymétrique (cela se rencontre), avec une attirance entre femmes Sapiens et hommes de Néandertal, sans que le symétrique soit vrai.

Les métis sont donc les ancêtres des Européens, Asiatiques, Amérindiens… Quelques-uns sont manifestement retournés en Afrique, où l’on retrouve quelques traces génétiques de Néandertal.

Les Européens ont environ 2 % de gènes néandertaliens. Mais c’est très peu quand 99,87 % du génome est identique. Les Néandertals souffraient cependant de consanguinité, les premiers métis semblent en avoir pâti. Il n’est pas facile de savoir à quoi nous servent à présent les gènes restants. Certains sont liés au système immunitaire ou à la kératine, peut-être à la résistance au froid, car Néandertal était adapté au climat de l’Eurasie de l’époque glaciaire.

Bizarrement, des gènes Sapiens de l’époque, et disparus depuis, ont été retrouvés chez certains Néandertals. Le croisement a été à double sens.

D’autres croisements, d’autres espèces

Les croisements sont encore plus compliqués en Asie : des habitants de Nouvelle-Guinée ont hérité jusqu’à 6 % de gènes de Denisova, cousin de Neandertal, les Tibétains ont hérité de gènes d’adaptation à la haute altitude. Des preuves de métissage Denisova-Neandertal existent aussi.

En Afrique existent des traces de métissage de Sapiens avec d’autres espèces dont on ne sait rien. En Indonésie, pendant des centaines de milliers d’années, a existé un « homme de Florès », peut-être descendant d’Homo erectus, mais dont l’ADN reste inconnu (le sol tropical conserve mal les fossiles). L’Homo luzonensis est un cousin philippin datant d’autant moins 50 000 ans.

« Cela fait finalement très peu de temps que nous sommes la seule espèce d’humains sur Terre. »

−60 000 ans : séparation des pygmées

Pendant ces mélanges en Asie, les pygmées sont devenus un groupe à part, lui-même scindé en deux il y a 20 000 ans.

La raison de leur petite taille reste discutée : adaptation à la forêt, dérive génétique dans de petits groupes… Il y a plus de différences génétiques entre ces deux groupes pygmées, de même culture pourtant, qu’entre Européens et Asiatiques ! Ce qui d’ailleurs peut se généraliser à l’Afrique, puisque les non-Africains descendent tous d’un petit groupe, qui n’a emporté qu’une partie de la diversité génétique originelle de l’Afrique (même si elle a ajouté ses mutations, adaptations et métissages avec Neandertal et Denisova).

−50 000 ans : colonisation de l’Australie

Toujours pendant la dernière glaciation, le niveau bas des mers permet aux hommes en provenance d’Asie (métissés de Néandertal donc) d’arriver jusqu’en Australie. Les Aborigènes actuels sont les descendants directs de ces premiers colons. Dispersés en Asie, on trouve encore les Négritos, qui seraient les descendants directs de ces anciennes populations.

Les fondateurs, même à cette époque, étaient forcément des marins, et assez nombreux, vu la diversité génétique des Aborigènes. Les populations du bloc Nouvelle-Guinée-Australie ont ensuite été séparées par les mers, les déserts, et, peut-être, leur système parental très complexe.

−40 000 ans : Homo sapiens en Europe

La génétique n’a pas modifié l’histoire déjà connue de Cro-Magnon et de ses voisins. Elle confirme une organisation en petites bande de chasseurs-cueilleurs, et des unions entre membres de bandes proches. Mais il est surprenant de retrouver le même phénomène que chez les Pygmées : une séparation génétique entre Est et Ouest de l’Europe malgré une proximité culturelle sur tout le continent.

Autre surprise : les Cro-Magnons et leurs voisins étaient plutôt noirs aux yeux bleus ! L’éclaircissement de leur peau a été très progressive, jusque pendant le Néolithique. Le problème est complexe : la peau claire est apparue plusieurs fois, avec des gènes différents, dans différentes populations dans le monde.

Les yeux bleus des Européens dateraient des débuts de colonisation. Les cheveux roux seraient apparus un peu avant. Ces caractères sans bénéfice évident ont pu se répandre par préférence sexuelle. (Autres exemples : les yeux bridés ou la barbe.)

−40 000 ans : Homo sapiens en Asie

On l’a vu, l’Asie était déjà colonisée. Les populations actuelles sont plus proches des Européens que des Australiens, et il doit s’agir de la même vague qui s’est séparé en deux branches, Europe et Asie. La frontière, floue, a permis des migrations entre elles. Le rôle de l’Asie centrale (source ou convergence) est flou : c’est un « mille-feuilles d’histoires de migrations », y compris aux temps historiques.

−37 000 ans : disparition de Neandertal

Parmi les innombrables causes possibles, de l’inadaptation au génocide par Sapiens, Évelyne Heyer en raye une : la consanguinité. Elle n’était pas forcément plus élevée chez les Néandertals que chez certains chasseurs-cueilleurs. Par contre, la diversité génétique était faible, et les Néandertals subissaient déjà une très lente décroissance démographique bien avant de rencontrer les Sapiens. Il n’est pas encore sûr que la consanguinité se soit renforcée ensuite, suite au morcellement du territoire.

−15 000 ans : première découverte de l’Amérique

Via le détroit de Béring ou les Aléoutiennes, comme il était déjà connu. Mais y a-t-il eu un peuplement plus ancien, par les côtes ou en dérivant depuis l’Afrique ? Les indices archéologiques sont ténus. Génétiquement, il n’en reste aucune trace.

−10 000 ans : l’agriculture

L’agriculture est apparue à peu près simultanément à plusieurs endroits de la planète.

(Cela m’avait longtemps intrigué. J’avais compris qu’un assèchement avait conduit les populations à se regrouper autour des grands fleuves, par exemple. En fait, l’apparition de l’agriculture correspond à la fin de la glaciation et aux modifications climatiques qui ont eu un impact sur tout le globe.)

L’explosion démographique a-t-elle suivi ou précédé l’apparition de l’agriculture ? Habituellement, on pose que la nourriture plus abondante a permis d’augmenter la population. Mais Heyer penche pour la seconde hypothèse. En effet, l’ADN permet de calculer le moment où l’effectif d’un groupe a fortement augmenté (la proportion d’ancêtres communs dans un petit groupe est plus grande), et les dates calculées sont nettement antérieures aux premières traces d’agriculture. Il a existé des populations non agricoles assez importantes pour laisser des grands monuments (Göbekli Tepe) ou de premiers centres urbains (Jéricho). Le néolithique serait d’abord marqué par la démographie, qui a rendu nécessaire l’intensification de pratiques agricoles déjà embryonnaires chez des chasseurs-cueilleurs.

L’enchaînement causal reste très flou. On ne sait même pas si, au Moyen-Orient, il y a eu migration des convertis à l’agriculture ou diffusion culturelle auprès des chasseurs-cueilleurs. Par contre, il y a bien eu diffusion par des migrations vers l’est (Asie du Sud) et l’ouest (Europe).

Sont apparus en même temps que l’élevage et la démographie galopante : les caries, la malnutrition, des maladies contagieuses comme la rougeole, la tuberculose — pas forcément des zoonoses d’ailleurs, même si celles-ci vont devenir fréquentes.

−6000 ans : l’agriculture en Europe

L’agriculture se répand en Europe par l’est, depuis l’Anatolie, et n’atteint la France que vers ­5000 av. J.-C.

La « continuité génétique » n’est pas facile à établir, par manque de fossiles d’époque avec un ADN en bon état. On sait toutefois que les premiers agriculteurs européens descendent des migrants anatoliens, qui se sont mélangés ensuite aux anciens chasseurs-cueilleurs. Le mode de vie de ces derniers a disparu en quelques millénaires.

Il semble que les nouveaux venus aient apporté la peau claire en Europe, utile si la nourriture contient moins de vitamine D.

(Si je suis bien, les blonds aux yeux bleus sont des métis de Cro-Magons noirs, pour les yeux, et d’Anatoliens pour la peau.)

Le lait

Les premières traces d’utilisation du lait (faisselle, fromage) remontent à 6500 av. J.-C. en Anatolie ; un peu moins en Europe.

Normalement un mammifère adulte ne possède plus l’enzyme pour digérer du lait… sauf les humains descendants d’éleveurs. Cela dépend énormément des populations, et les Africains, Européens, Asiatiques concernés ne possèdent pas les mêmes mutations.

La pression de sélection sur un gène peut se mesurer, et elle a été importante pour propager ce caractère (existant, jusque là peu utile) dans certaines populations (Finlandais, Irlandais, Touaregs…), mais pas dans d’autres (Chinois, Amérindiens). Des techniques comme la fermentation du lait permettent de se passer de la mutation.

(Certains disent carrément que le lait est un poison. C’est excessif, mais son utilité pour un adulte dépend donc surtout de ses ancêtres. Quant à l’alimentation paléolithique, quoi qu’elle ait pu être, nous n’y sommes plus adaptés.)

Ötzi, Âge du Bronze et culture Yamnaya

Vers 3300 ans av. J.-C., dans le Tyrol, Ötzi était assassiné dans des circonstances qui resteront à jamais obscures. Son génome est proche des… Sardes !

L’histoire génétique de l’Europe ne s’est pas arrêtée avec l’arrivée des cultivateurs anatoliens. Un groupe se répand entre 3000 et 1000 av. J.-C. (en gros, pendant l’histoire de l’Égypte antique classique, de l’unification jusque la fin du Nouvel Empire), provenant du nord de la Caspienne, identifié comme « culture Yamnaya », nomade, inventeur du chariot à bœufs et des poteries en forme de cloche, entre autres, et a massivement influencé les génomes européens (et centre-asiatiques : leurs traces se retrouvent jusque dans l’Altaï).

(Et ce ne sera pas la dernière invasion de nomades venus de ces steppes…)

L’Europe génétique actuelle

5000 ans de guerres, invasions et acculturations diverses ne changèrent ensuite plus grand-chose : les gradients génétiques des Européens d’il y a un siècle (avant l’exode rural et les migrations massives du XXè siècle) suivent la géographie.

« À tel point qu’à partir de l’ADN d’un individu contemporain, on peut retracer son origine à 500 km près. »

Exceptions : les Basques, les Sardes, les Siciliens. Les Basques ne sont pas, comme on a pu le croire, un isolat des chasseurs-cueilleurs du Néolithique ; ils ont subi en gros les mêmes mélanges que les autres, mais seraient restés plus isolés depuis la fin de l’Âge du Bronze. Les Sardes par contre n’ont pas subi le dernier mélange, et restent proches des contemporains d’Ötzi. Les Étrusques ou les Minoens étaient peut-être aussi dans ce cas.

Et les Indo-Européens là-dedans ? Il n’y a pas forcément diffusion simultanée d’une langue et d’une population. Les langues indo-européennes ont conquis presque toute l’Europe, et au-delà (Hittites, Iraniens, certains Indiens…), et aucun scénario n’explique encore cela clairement.

Le cheval & l’Asie centrale

Dans les plaines kazakhs, vers 3000 ans av. J.-C. (donc au moment où les Yamnayas conquièrent l’Europe et où les Égyptiens comment à penser aux pyramides), le cheval est domestiqué. 1000 ans plus tard, depuis l’Oural, les Sintashtas (Yamnayas mâtinés d’Européens) se répandent vers l’Asie centrale, et laissent des traces génétiques jusqu’en Inde.

L’Asie centrale se dessèche peu après, poussant les peuples à devenir nomades ou éleveurs se mélangeant allègrement au fil des générations : la région devient encore plus un véritable patchwork génétique.

Bantous & pygmées

Toujours vers 3000 ans av. J.-C., en Afrique, les Bantous (des agriculteurs) diffusent depuis le Cameroun dans toute la moitié sud de l’Afrique, et fragmentent le territoire des Pygmées (chasseurs-cueilleurs).

Les deux peuples cohabitent, avec prédominance des Bantous : les Pygmées ont adopté les langues de leurs voisins non Pygmées, et échangé des gènes régulièrement. Heyer a constaté que ces échanges se font surtout des non- Pygmées vers les Pygmées. Explication : les femmes pygmées, bien que considérées comme inférieures, peuvent épouser des hommes bantous (pas l’inverse), mais finissent généralement par retourner avec leurs enfants dans leur village. La taille des descendants est directement liée au degré de métissage, car de nombreux gènes sont impliqués dans la taille des pygmées (et en aucun cas la malnutrition).

À cause de la rapidité de leur expansion, les Bantous sont relativement homogènes linguistiquement et génétiquement. On retrouve tout de même les traces génétiques des populations absorbées, notamment ce qui a trait à l’adaptation locale.

1000 ans av. J.-C. en Océanie

Au moment où les Bantous terminent leur expansion (époque de Ramsès Ⅲ et de la Guerre de Troie), Vanuatu est atteinte par l’homme.

D’où venait-il ? Les habitants sont un mélange génétique de Nouvelle-Guinée et d’Asie du Sud-Est (plus précisément Taïwan, suggère l’archéologie). Les premiers habitants, par contre, ne seraient pas passés par la Nouvelle-Guinée, le mélange avec les Papous est ultérieur.

Il faut attendre l’an 1000 de notre ère pour que la Nouvelle-Zélande et Polynésie soit conquises, jusqu’à l’Île de Pâques.

1000 ans av. J.-C. : les Scythes

Les « barbares » scythes, de langue iranienne, très anciens nomades éleveurs de chevaux des steppes de la Hongrie à la Mongolie, étaient craints des anciens Grecs. Leur origine est un mystère.

La réponse d’Heyer : génétiquement, ils descendraient des Shintayas des steppes d’Asie, et non de celles du Caucase, et se seraient mélangés aux nombreuses populations rencontrées. La relative homogénéité culturelle n’est pas génétique.

Endogamie

Heyer a participé à une longue étude génético-linguistique en Ouzbékistan (pays ethniquement très mélangé) : la proximité linguistique est corrélée à la génétique, mais ce n’est pas systématique, et des phénomènes de remplacement linguistiques sont prouvés ici ou là. Les mariages s’y font préférentiellement entre gens culturellement proches, quitte à parcourir de grandes distances, d’où divergence génétique. Le phénomène se retrouve entre castes indiennes, entre catholiques et protestants néerlandais…

À Boukhara, Heyer a constaté elle-même que les quelques familles juives ouzbekhs sont génétiquement proches de celles du Caucase (une histoire remontant à Nabuchodonosor). Ils sont aussi moins mélangés avec leurs voisins et les communautés juives proches, que ne l’ont fait les Ashkénazes d’Europe, très métissés… à moins que la tradition orale ait oublié l’arrivée récente d’un groupe important.

L’endogamie totale reste cependant exceptionnelle.

IXè siècle : les Vikings en Islande

L’Islande, isolée, avec sa généalogie millénaire, est un paradis de généticien. Les études récentes montrent que les premiers colons étaient moitié Scandinaves, moitié Gaéliques. Ces derniers ont laissé moins de descendance, car sans doute socialement inférieurs (des esclaves ?). Les chromosomes X et Y montrent que l’ascendance scandinave est surtout paternelle, mais les lignées maternelles sont écossaises. Ne pas oublier que l’Irlande était déjà en partie viking.

Par son isolement et sa petite taille, la petite population islandaise a subi une dérive génétique qui la rend bien identifiable.

De Gengis Khan aux Maoris

Selon un article de 2003, le conquérant aux nombreuses épouses serait l’ancêtre de 10 % des hommes actuels de son ancien Empire (le plus grand de l’Histoire avec le britannique). Plus rigoureusement, des variants génétiques sur le chromosome mâle Y, propres aux Mongols (pas forcément le Khan) remonteraient à cette époque. Ce n’est possible qu’avec un fort succès reproducteur sur plusieurs générations. Les groupes concernés sont fortement patrilinéaires, et leurs généalogies officielles ne sont pas que mythiques, mais recoupent bien la génétique. Le statut social et la capacité à avoir beaucoup d’enfants s’héritent par les pères. Les hommes ont alors tendance à partager des Y proches. Le phénomène se retrouve même dans les sociétés patrilinéaires moins strictes, comme l’Occident actuel.

Le phénomène se retrouve ailleurs et même, inversé, chez les Maoris, et plus généralement chez les chasseurs-cueilleurs, où l’ADN mitochondrial montre que le succès reproductif des femmes se transmet aux filles. Les raisons sociales sont nombreuses.

On peut donc détecter le système de parenté de civilisations par leurs gènes. Les haplogroupes peuvent être datés (comme l’a été celui de Gengis Khan). En Eurasie, la patrilinéarité aurait émergé pendant l’âge du Bronze (1000 à 2000 av. J.-C.).

Les études d’Heyer au Touva et en Mongolie retrouvent la patrilinéarité, mais aussi sa conséquence : les femmes ont beaucoup plus la bougeotte que les hommes. Ce phénomène concerne les ⅔ de l’humanité, mais pas toute l’espèce. Pourquoi sommes-nous le seul grand singe à varier les modes sociaux ?

Les esclaves africains

Il n’y a bien sûr pas d’archive de la provenance exacte des esclaves africains déportés aux Amériques. Les informations issues de l’ADN s’affinent au fur et à mesure que les bases de données s’enrichissent. Les Afro-Américains viendraient d’Afrique Centrale et de l’Ouest. Les esclaves ont retransmis quelques pour cent de gènes pygmées.

S’y ajoutent généralement des gènes européens, dans des proportions très variables selon les individus (y compris 95 %, puisque la règle locale veut qu’une goutte de sang noir fasse de vous un Noir...). Même des suprémacistes blancs possèdent des gènes noirs : la couleur de peau n’est pas un indicateur très fiable, et peut simplement ne pas avoir été sélectionnée.

Le chromosome Y (mâle) est souvent européen, alors que l’ADN mitochondrial (féminin) est généralement africain, alors que les esclaves étaient surtout des hommes ! Cela se voit aussi en Amérique du Sud (chromosome Y européen, mitochondries amérindiennes), là aussi dans des proportions très variables : les colons prenaient femme (au mieux) sur place. Chaque région d’Amérique a son histoire marquée par la disparition plus ou moins complète des Amérindiens, l’arrivée des Européens et des esclaves africains (pas partout), les taux de mélange, le degré d’isolement, les déportations, les maladies importées d’Europe ou d’Afrique…

Le Québec & l’effet fondateur

Comme l’Islande, le Québec est un paradis pour généticiens. La population, longtemps faible, a explosé, les mouvements de population sont documentés, et les archives généalogiques sont complètes.

Comme les hivers rigoureux limitent les maladies, les familles nombreuses y deviennent la norme. Les quelques milliers d’aventuriers et d’orphelines sous Louis XIV sont 70 000 un siècle après, quand la colonie devient britannique. Les colons suivants sont exclusivement britanniques et ne se mélangent pas aux francophones. L’Église catholique lance alors la « guerre des berceaux » : la natalité reste très élevée que dans les années 1960.

La description de l’exploitation à grande échelle des registres paroissiaux est passionnante. Une motivation : les maladies génétiques propres aux Québécois, à priori une conséquence de la consanguinité. Surprise : les populations victimes ne sont pas plus consanguines que les autres !

Il est parfois possible de remonter à la personne ayant importé la mutation au Québec au XVIIe siècle. Quelques dizaines de personnes sont ancêtres de toute une région, voire d’une bonne partie des Québécois francophones ! En théorie, au bout de 10 générations, un individu représente ½¹⁰ ~ 0,1 % du patrimoine de ses descendants (et en pratique, souvent absolument rien), mais ce sera beaucoup plus s’il se retrouve plusieurs fois dans l’arbre d’une personne. Les mutations portées par l’ancêtre finissent donc par avoir une grande fréquence dans la population. À l’inverse, certaines maladies génétiques de France sont absentes du Québec. C’est l’« effet fondateur ».

Ce n’était pas vraiment une découverte, mais Heyer a été surprise de l’ampleur de l’effet en si peu de générations pour une population devenue importante. L’effet a été amplifié par celui des « enfants utiles » : ceux qui meurent jeunes , ou partent, sont neutres quant à l’évolution d’une population donnée. Par exemple, Sagueney-Lac-Saint-Jean était un front pionnier, il y avait de la place, et les enfants de familles nombreuses restaient facilement dans la région.

Heyer donne un autre exemple en France : une vallée du Jura possédant sa maladie génétique endémique létale. Les malades portent la même mutation, et il n’y a pas d’ancêtre commun récent (XVIIIe siècle). Il fallait expliquer une persistance aussi longue, malgré la sélection naturelle, dans une population réduite et pas isolée. La cause s’est avérée sociologique : les habitants les plus ancrés, propriétaires des terres, avaient plus d’enfants et formaient une sorte de noyau stable ; les arrivants, sans terres, avaient tendance à repartir après une ou deux générations.

Généalogie génétique

Après 40 générations, la plupart des Français descendent sans doute de Charlemagne : la population de l’époque est très inférieure à celle de nos ancêtres potentiels s’ils étaient tous différents. De plus, une part notable n’a pas laissé de descendance jusqu’à nos jours : des branches peuvent s’éteindre relativement rapidement, mais d’autres personnes ont de nombreux descendants. Cela se calcule, et à supposer qu’il y ait quelques migrations à longues distances de temps à autre :

« En Europe, tous nos ancêtres communs ont vécu il y a a entre 1 200 et 2 000 ans environ : tout individu (…) qui a laissé au moins un descendant jusqu’à nos jours est l’ancêtre de tous les individus actuels. »

« Le premier ancêtre généalogique commun à toute l’humanité daterait de seulement 3 000 ans. »

« Il y a à peine 5 000 ans, nous avions tous les mêmes ancêtres ! »

Et parmi les habitants de cette époque, 60-80 % ont encore des descendants, donc :

« Si vous entriez dans un village ou une cité d’il y a 5 000 ans, la plupart des personnes que vous croiseriez seraient les ancêtres communs à toute l’humanité. »

(Ce qui veut quasiment dire, cher lecteur, qui que tu sois, que les pyramides ont sans doute été construites par nos ancêtres communs ; et que nous descendons tous des premiers pharaons ou de Gilgamesh, de Papous, de Pygmées, de Maoris et de Sibériens. D’un côté, j’ai du mal à croire qu’en si peu de temps des Amérindiens de 3000 av. J.-C. aient pu transmettre leurs gènes à toute l’Eurasie, vu que les contacts étaient à peu près coupés jusqu’aux grandes explorations. D’ un autre côté, pour un Leif Erikson ou une Pocahontas qui ont laissé une trace dans la grande Histoire, combien d’aventuriers, de nomades, de bannis, de pirates violeurs, ou d’esclaves razziés très loin de chez eux ?)

Les tests ADN sont à la mode, surtout aux USA. Les bases de données existantes sont un problème de vie privée, car notre ADN est commun avec nos parents. Y fouiller permet de débusquer des criminels, mais aussi de révéler des secrets de famille. Quant aux tests d’origine, ils ne possèdent aucune rigueur. Or l’extrême-droite américaine a tendance à les utiliser.

Paradoxalement, nos ADN sont très similaires, mais les différences permettent de désigner des populations distinctes (restées dans un même endroit et se mariant avec ses proches voisins). Quant à en déduire des « races », c’est illusoire : des populations très différentes peuvent posséder un même caractère (cas des maladies génétiques) ; si un caractère est précis, il ne concerne qu’un tout petit groupe (ex : l’adaptation à l’altitude des Tibétains). La notion n’est même pas fonctionnelle en médecine, et ne recouvrirait même pas les notions historiques et sociales. Évidemment, ceux qui parlent de races en arrivent très vite à les hiérarchiser, à réduire un individu à sa race (essentialisme), à oublier tous les aspects culturels, sociaux et environnementaux, en aucun cas liés aux gènes, voire qui les déterminent. On connaît les conséquences.

Si un humain ne semble pas spontanément raciste, il serait volontiers ethnocentriste, et privilégie naturellement son groupe, même non apparenté, tout en étant assez ouvert à l’étranger. L’essentialisme en fait un raciste.

Les migrants

250 millions de migrants en 2015, dit l’ONU. La plupart migrent à des distances très variables, généralement entre pays du Sud, et ce ne sont pas forcément les plus pauvres qui migrent, et pas forcément vers des États en dépression démographique. Aujourd’hui encore, 95 % des gens restent dans leur pays de naissance.

Dans le passé, les migrants ont toujours fini par se mélanger aux occupants précédents, à quelques quasi-génocides près (États-Unis). Le « taux de mélange » est très élevé dans nos sociétés, et quasi-total en 3 générations. En France, le mélange est la norme, mais il est beaucoup plus lent aux États-Unis. Au sein d’une même région du monde, l’endogamie est très variable, variant parfois d’une famille à l’autre. Si les femmes bougent plus (patriarcat oblige), les hommes qui quittent leur village vont plus loin. Un Californien aux yeux bleus bridés et à la peau sombre conclut le chapitre : l’allongement des distances va conduire à des brassages plus variés et des phénotypes nouveaux.

Nos descendants

La sélection naturelle ne nous changera pas en quelques siècles (modulo cataclysme). Le petit doigt de pied est inutile, il pourrait disparaître sans souci (comme nos queues autrefois), mais il faut une mutation, qui ne se diffusera que très lentement puisqu’il n’y a aucune pression de sélection dessus.

Si sélection il y a encore, elle est soit liée aux polluants (impact sur la fertilité de certains hommes, par exemple), et dans ce cas sans doute peu durable, ou variable ; soit à la sélection sexuelle, lors du choix du conjoint, les exemples étant des caractères visibles, en premier lieu la taille. L’exemple est développé : la taille est fortement héréditaire, mais son augmentation rapide au XXè siècle montre que le milieu a aussi un rôle majeur. Un plafond (génétique) semble atteint dans certains pays (Suède), d’autres populations grandissent ailleurs sans pouvoir espérer grandir autant. Par contre, la diversité génétique semble favoriser les plus grandes tailles, les divers mélanges génétiques vont donc jouer un rôle. (Surtout que nous serions inconsciemment plus attirés par des gens au système HLA différent du nôtre ! (donc sans que l’apparence physique joue un rôle))

Pour compliquer les choses, il y a l’épigénétique, c’est-à-dire l’expression des gènes (version amoindrie de l’hérédité des caractères acquis). Typiquement, une disette peut avoir un impact sur les quelques générations suivantes, pas plus loin. À l’inverse, l’augmentation de la taille peut bénéficier de cet effet, dans le bon sens.

La population humaine est gigantesque, et un caractère se propage lentement, et son environnement varie beaucoup plus vite que la sélection naturelle : impossible de savoir comment nous évoluerons — jusqu’à ce que nous isolions une petite population sur une planète. (D’ailleurs, tous les films de science-fiction non immédiate me semblent faux à cause de cela : la population de Mars ou Cérès, après quelques générations, sera aussi diverse que l’équipage de Star Trek, mais ne ressemblera à aucun phénotype actuel.)

L’espérance de vie

Quant à l’espérance de vie, son envolée en deux siècles tient à la réduction de la mortalité infantile et une meilleure hygiène de vie. Elle plafonne voire recule dans certains pays pour des raisons sociales (sida en Afrique, vodka en Russie, obésité aux États-Unis…). Une augmentation tiendrait à présent à la prolongation de la vie des personnes âgées (marginalement) ou simplement… l’amélioration de l’intégration sociale des moins favorisés ! Il ne semble pas y avoir de gène des centenaires. L’espérance de vie en bonne santé est une autre voie où progresser encore, mais le calcul est très délicat.

Transition démographique

(On m’en parlait déjà au collège, je trouve fascinant de la voir se réaliser.) L’augmentation de la population tient au délai entre diminution de la mortalité et diminution de la natalité (plus court en France qu’en Angleterre, d’où des augmentations de population différentes au XIXè siècle). L’Amérique latine, l’Iran… sont en train de terminer leur transition démographique. L’Afrique est très hétérogène sur ce point. Les pays industrialisés sont souvent tombés à 1 enfant/femme (Japon, Allemagne, Pologne…).

Parallèlement l’espérance de vie grimpe, la population mondiale continue de grimper. Le pic serait entre 9 et 11 milliards entre 2050 et 2100… si la transition se réalise partout. Après les révolutions néolithique et industrielle, quel sera l’impact d’une transition écologique ?