Je m’étais juré de ne pas prendre de bonnes résolutions cette année, mais pas de ne pas trouver des idées de résolutions. Par exemple dans cet article récupéré via le blog de Tom Kyte, qui en général parle plutôt d’Oracle : 22 manières d’overclocker son cerveau. Il s’agit d’une de ces listes typiquement américaines pour devenir plus performant ; le côté « soyons positif » peut agacer mais il y a pas mal de bonnes idées, ou des rappels bienvenus.

En très gros et en français (avec mes commentaires) :

Pour avoir un cerveau qui tourne mieux :

  1. faire du sport (aïe !) ;

  2. découvrir de nouvelles choses pour repousser ses barrières mentales : goûter de nouveaux goûts et odeurs, utiliser sa main non dominante, voyager, créer, lire des textes ardus ou différents de ses lectures habituelles ;

  3. se questionner, ne pas hésiter à demander « pourquoi ? » à tout bout de champ (j’en ai un petit comme ça à la maison) ;

  4. rire !

  5. manger du poisson, c’est plein de bonnes choses ;

  6. exercer ses souvenirs, y compris émotionnels, en rouvrant les albums de photos ;

  7. éviter la graisse (et le conseil n’est pas valable que pour les Américains) ;

  8. jouer aux mots croisés, sudokus et autres sports cérébraux (déboguer du code ABAP tourmenté compte-t-il ?) ;

  9. écouter du Mozart ou toute autre musique relaxante, même si l’effet n’est que psychologique ; ce qui compte est que ce soit relaxant et stimulant ;

  10. affûter ses compétences, devenir plus performant et curieux dans ce qu’on aime, que ce soit le jardinage ou autre chose (cela rejoint un autre billet de Kyte, « devenir un expert » dont je veux aussi causer depuis longtemps) ;

  11. doucement sur l’alcool, pas de cuite !

  12. jouer, à n’importe quoi (je suppose que s’abrutir douze heures par jour devant une console est excessif) ;

  13. lire les informations importantes avant de s’endormir pour mieux mémoriser ; et un conseil qui peut être pertinent : si des choses vous empêchent de dormir, les écrire sur un papier pour les « sortir » du cerveau ;

  14. améliorer sa concentration en se libérant des tâches d’arrière-plan : par exemple il ne faut pas se dire « je dois passer un coup de fil » mais le passer sur le champ ou le noter pour plus tard (et si j’ai acheté un Palm, c’est pour me décharger l’esprit de toutes ces choses que je devais faire et qui se faisaient concurrence dans mon cerveau) ;

  15. forniquer !

  16. s’investir passionnément dans ce qu’on fait (facile à dire quand on hait son boulot ; une bonne raison de chercher à en changer, mais c’est plus facile à dire qu’à faire !) ;

  17. repérer ses pics d’activité cérébrale pour en profiter, et utiliser les périodes de passage à vide quand il y a besoin d’être créatif ;

  18. apprendre quelque chose de neuf chaque jour (par défaut, un nouveau mot par jour par exemple) ;

  19. écrire, pas seulement pour soi, mais en essayant d’être lu ; cela force à formaliser et mettre au propre ses pensées (conseil suivi et approuvé depuis des années par votre serviteur) ;

  20. tester l’aromathérapie comme starter pour le cerveau et le forcer dans un état stimulé ou relaxant (il faudra que je demande à ma chère moitié qui se lance là-dedans) ;

  21. utiliser des stimulants légers ; pas forcément le café, plutôt le gingko biloba ou le gotu kola (jamais testé) ;

  22. rencontrer et côtoyer des gens de tous horizons.

Moralité et super-résumé : faire mouliner le cerveau en permanence pour qu’il ne rouille pas.

Et après avoir fini cette liste, je m’aperçois que la machine à apprendre qu’est un petit enfant suit une bonne partie de ces conseils : rire, jouer, jouer, apprendre, jouer, découvrir, questionner, dormir, jouer, ne pas s’encombrer l’esprit, apprendre, écrire et dessiner pour la maîtresse ou maman, jouer, bouger... (non, pas tout ;o) Une raison de plus de ne pas tuer l’enfant qui est en soi !