La musique en ligne sous forme de MP3 non protégés existe depuis longtemps, par exemple pour des morceaux amortis depuis longtemps (Emusic), ou comme moyen de promouvoir des artistes inconnus, rémunérés au « pourboire », mais jamais jusque là je n’avais pu acheter simultanément :

  • en ligne ;
  • des morceaux récents ;
  • sans DRM.

Frustration. J’ai bien testé iTunes, ça marche bien, j’y ai claqué quelques euros, perdu un temps fou pour qu’ils soient lus sur mon Linux (AAC crypté), ce qui n’a duré qu’un temps. Quel intérêt d’acheter des morceaux dont je n’ai pas la garantie que je pourrai les lire sur mon Linux en 2008, mon autoradio MP3 en 2009, mon implant cochléaire en 2020, ou au sein de la Matrice qui me simulera en 2150, tout ça parce que le vendeur aura cru bon d’enrober ça d’une couche de cryptage techniquement faillible mais légalement indestructible ?
Et non, je n’achèterai pas de baladeur avec une pomme dessus (si j’ai besoin d’un lecteur MP3, mon vieux Palm me suffit (Ajout de 2011 : Et il suffit toujours quatre ans après), et la musique je l’écoute sur une chaîne reliée au Linux le plus souvent), et je n’ai pas envie de perdre temps et qualité sonore à graver sur CD et ré-encoder - je préfère encore acheter les CDs originaux, qualité maximale disponible, prix corrects en promo - mais adieu les achats d’impulsion sur le morceau à la mode qui sonne bien. Pas de bol, je croyais que c’était ça qui faisait la marge des maisons de disque.

Fnacmusic (ce n’est que le premier) a cassé le tabou : le site offre une liste de MP3 de morceaux récents. Donc compatibilité universelle (qui ne sait pas lire un MP3 ?[1]), et je peux me lâcher.

Bon, la sélection est encore un peu maigrichonne, on sent qu’ils « tâtent le terrain », et c’est pour cela qu’il ne faut hésiter à les encourager. « Là-haut », ils ne comprennent que le bruit du tiroir-caisse, faisons-le résonner pour libérer toute la musique.

Ce serait parfait si le morceau était aussi disponible également en FLAC (donc sans perte par rapport au CD), mais à 256 kbit/s le MP3[2], même un râleur professionnel comme moi ne va pas chipoter.

Plus grave, le site étiquette bien les MP3... mais pas les autres (sous-entendu : WMA blindé). Après avoir fureté sur de nombreuses pages, il faut donc bien faire gaffe quand on clique sur tel ou tel morceau que oui, c’est bien un MP3.

PS : Ces morceaux sont-ils marqués d’ailleurs ? Il faudrait comparer deux achats par des comptes différents du même morceau.

Ajout du 6 avril 2007 : Et maintenant iTunes va s’y mettre aussi, EMI a cédé et vendra des morceaux sans DRM.

Notes

[1] Je passe sur les histoires de brevets, de toute manière inapplicables en Europe, et qui concernent également les AAC d’iTunes ou les WMA des sites concurrents.

[2] Testé sur un seul morceau, est-ce une constante ?