Je mitonnais un papier sur le Graal pour l’année nouvelle, mais il attendra : la CTS (Compagnie des Transports Strasbourgeois) a inventé le bug de l’année 2016, et on ne peut plus valider son billet de tramway : http://www.dna.fr/actualite/2016/01....

« Les composteurs[1] sont victimes d’un problème de codage, “certainement dû au passage de l’année 2015 à 2016”, indique la responsable de la communication de la CTS. »

Pour la correction, il faudra attendre qu’un « prestataire » intervienne (encore une compétence critique sous-traitée...).

On notera le côté téléphone arabe : combien de niveaux entre ledit prestataire et la responsable de la communication (forcément spécialisée en novlangue et dissimulation de problèmes sous le tapis) ? Il n’y a aucun détail technique, et ni le site des actualités de la CTS, ni leur Facebook ni leur Twitter [2] ne sont plus fournis

Hypothésons faute de mieux :

  • un bug sur 2016 est plus plausible que 2015 ou 2017 : 16 = 2 ^ 4, ce qui impliquerait que l’année soit codée ici sur un demi-octet et qu’il y a eu dépassement, donc retour en 2000 ;
  • il est tout de même étonnant qu’après tout le foin autour du Bug Y2K on retrouve ce genre de problème : pour ma part, je ne vois plus aucune date stockée dans une base de données sans ses quatre chiffres ;
  • d’un autre côté je n’ai aucune compétence dans le domaine des composteurs et cartes magnétiques, où la place coûte plus cher et où règnent peut-être des normes antédiluviennes ;
  • ce qui n’excuserait pas que les concepteurs/mainteneurs aient laissé passer un problème de ce calibre ;
  • mais depuis quinze ans, mine de rien, pas mal de stagiaires ont grandi sans avoir été traumatisés par le Bug — ça promet pour 2038 ou 2100 !
  • Reste la possibilité de l’enfumage (de la part de n’importe quelle personne dans la chaîne), un bug de 2016 paraissant plus plausible pour la communication que « zut, personne ne surveillait les serveurs pendant le réveillon, ça a planté, et maintenant il va falloir appeler le prestataire auquel on n’a pas voulu payer l’astreinte »[3]

Dernière minute : bug aussi à Londres ! Impossible de savoir si le fournisseur est le même...

PS : Bonne année à mon lecteur, s’il est encore là !

Notes

[1] Les machines à composter les billets, pas les bacs pour déchets putrescibles.

[2] Oui, je me mets enfin aux technologies hype en 2010.

[3] Cette hypothèse pue la mauvaise foi — symptôme d’exaspération d’un contribuable...