Le week-end dernier, j’ai perdu plus d’une heure à faire retomber en marche la mise en route du Windows de ma chère moitié, outil parti dans une boucle sans fin de téléchargement et de mises à jour de la version 1709 de Windows 10.

Windows on fire (merci Deep Dream Generator) Un peu de surf sur les forums Microsoft, téléchargement d’un outil de réparation des upgrades qu’on espère assez récent, détection de services pas démarrés (pourquoi ?)... La bête a fini par retomber en marche et par se mettre à jour, une dernière fois, mais la bonne. C’est courant avec du Windows.

Cette machine sert à mon épouse à lire son mail professionnel et à préparer ses cours. Nous l’avons achetée avec nos sous, y compris la taxe Microsoft (la compatibilité d’Office entre le Mac et les Windows du lycée était déjà assez aléatoire pour qu’elle ne veuille même pas tenter LibreOffice). Au mieux, on a pu faire passer la machine en frais professionnel aux impôts (je n’ai pas dit « note de frais » !).

Non, les régions qui offrent des tablettes et des ordinateurs portables à des gamins pour jouer pendant les cours n’en offrent pas aux profs : pas les mêmes budgets, pas le bon employeur sans doute. Quant à l’État (l’employeur), il y a peut-être pensé, mais la perspective d’offrir des centaines de milliers de portables a dû provoquer un veto immédiat d’un gestionnaire quelconque. Quand je vois déjà le cirque pour obtenir des marqueurs pour les tableaux...

Oh, il y a bien des machines dans les lycées. Sauf que les professeurs bossent en général chez eux. Ségolène Royal, il y a plus d’une décennie, avait proposé que les enseignants effectuent leurs 35 heures dans les établissements (j’en avais parlé à l’époque) : ça ne se fera jamais pour de simples raisons logistiques : où caser les centaines de milliers de bureaux et d’armoires ? ...et d’ordinateurs professionnels ?

Je n’en demande pas tant. J’aimerais juste que pour dépanner son Windows, elle fasse comme dans toutes les entreprises : appeler la hotline (et pas moi ou le collègue qui a royalement deux heures de décharge dans la semaine pour un lycée entier et se forme sur son temps personnel). Ah oui : de fait, cette hotline aura intérêt à être à pleine capacité le soir, et le week-end (horaires déduits des moments où l’ENT rame). Parce que moi, je n’ai jamais signé pour travailler le soir ou le week-end.

PS : Découverte de dernier moment qui me met en joie : après la mise à jour, le scanner n’est plus reconnu ­— un grand classique, comment ai-je pu oublier ? C’est un vieil Epson qui fonctionne très bien une fois qu’on a faire croire à Windows que c’est le modèle d’après ; je redécouvre comment faire à chaque fois. Linux a juste besoin qu’on le branche pour le reconnaître et l’utiliser.