C’est un krimi, lu en VO, et à ma connaissance non traduit. Non germanophones, passez votre chemin[1]. Ou restez, vous ne lirez ceci nulle part ailleurs. „Unter Trümmern“ de Jürgen Heimbach

Les polars se ressemblent souvent, j’en lis peu. L’intérêt de celui-ci : le lieu et l’époque. L’Allemagne était sans doute un des pires endroits en 1946 : ruinée, détruite, occupée, affamée, parcourue de bandes de displaced persons, et sans nouvelles de millions de prisonniers. À Mayence, sous occupation française, les gens meurent littéralement de froid. La viande, l’alcool ou le vrai café sont rarissimes et précieux. Le trafic et les petites combines sont généralisés, question de survie.

Né à Mayence, vétéran de la guerre d’Espagne et de la Résistance (française, oui), le commissaire Koch arrive dans les rangs d’une police saignée par la guerre et la dénazification, et minée par la corruption due à la pénurie généralisée.

Premier cas : un gardien a été tuée par un raid sur un entrepôt. On suspecte un bourgeois local, quasi-chef de bande, au centre de trafics en tout genre, mais intouchable par ses nombreuses relations, y compris chez les officiers français.

Second cas : un jeune homme assassiné, sans doute pour quelque morceaux de viande. Lui aussi trafiquait-il ?

Ce ne seront pas les derniers cadavres. Koch devra faire le lien avec une femme du quartier, sans nouvelle d’un mari prisonnier en Sibérie, dont le fils, amputé, agonise, et pour qui elle trahira toutes les règles. Le point de vue de cette Trümmerfrau alterne tout le livre avec celui de Koch.

Koch devra aussi démêler tout ça avec un adjoint doué mais débutant, un collègue vieux briscard et un voisin alcoolique aux activités louches ; parfois sans voiture, toujours sans le soutien de son chef.

Les relations troubles, les nazis encore présents, les éternels problèmes d’approvisionnement, le pessimisme de ceux qui ne croient pas à une vie meilleure dans le futur s’égrènent tout le livre, parfois contrebalancés par quelques lueurs d’optimisme : un printemps qui arrive ou une université qui rouvre.

Page des romans de l’auteur : https://www.juergen-heimbach.de/romane/#cc-m-header-5681548211 (ô joie, il y a deux suites !)

Note

[1] Et là disparaît 90 % de mon misérable lectorat.