La liste des langages-que-je-voudrais-bien-apprendre-mais-j’aurai-jamais-le-temps-avant-la retraite était déjà longue[1] :
Perl (au moins ai-je fait quelques petits exercices il y a quelques années, mais de là à tutoyer le CPAN…) ;
Python (Mise à jour : ah depuis, j’ai pu commencer !) ;
Ruby (apparemment très élégant) ;
Java (survolé un bon livre d’initiation, mais jamais pratiqué, et la verbosité et le mécanisme de gestion des erreurs me font peur) ;
Objective C (le livre était bon mais il m’a fallu un an pour arriver au bout, et si l’élégance et la compacité me séduisent, impossible de commencer à mettre en pratique, surtout que le langage n’est réellement utilisé que sur Mac...)
...

Il manque un langage fonctionnel là-dedans, ou le Lisp, qui paraît-il offre une toute autre perspective sur la programmation.

Et ce n’est pas professionnellement que ça va s’arranger : si le PL/SQL était robuste et assez bien conçu (inspiré du Pascal), il ne sert pas à grand-chose d’autre qu’à tirer tout le jus d’Oracle, et j’ai vidé ici ma bile sur l’ABAP, de toute façon propre à SAP. L’avenir immédiat s’annonce d’ailleurs plus orienté vers des outils de matraquage de bases de données à base de cliquodrome.

Et puis arrive ce D.

Le promoteur est Digitalmars, un éditeur de compilateurs C et C++, suite à la pertinente réflexion suivante :

It seems to me that most of the "new" programming languages fall into one of two categories: Those from academia with radical new paradigms and those from large corporations with a focus on RAD and the web. Maybe it’s time for a new language born out of practical experience implementing compilers.

« Il me semble que la plupart des “nouveaux”langages tombent dans une de deux catégories : ceux du monde académique avec des paradigmes radicalement différents, et ceux des grandes entreprises avec un accent mis sur les outils RAD et le web. Peut-être le temps est-il venu pour un langage né d’une expérience pratique dans l’implémentation de compilateurs. »

— Michael

La version 1.0 est sortie en janvier. Un article de C’t en dévoile rapidement quelques aspects. Si la syntaxe rappelle furieusement le C, et que le D s’inspire du C++, il n’en dérive pas, et nombre d’améliorations lui évitent de devenir l’aberration que, selon certains et d’après ce que j’en ai entendu, le C++ est devenu.

Au menu : plus de préprocesseur, mais une gestion interne des versions ; des fonctionnalités objet plus propres qu’en C++ (pas d’héritage multiple, l’exemple de la fausse bonne idée) mais sans devenir le corset qu’est Java ; l’équivalent des hash tables de Perl, des delegates, des templates ; pas mal de sucre syntaxique[2] ; un garbage collector rustique ; et (ce qui m’attire le plus) gestion des tests unitaires et design by contract[3].

Au final rien de très nouveau, j’ai l’impression d’une mise à niveau du C, vieillissant et trop proche de la gestion mémoire réelle, au moyen de concepts plus modernes déjà maintes fois implémentés.

Le langage va-t-il trouver son public ? Il est déjà utilisable (intégration GCC, plugin Eclipse...). Bjarne Stroupstrup, le créateur du C++ se moquait de son œuvre un jour : “Within C++, there is a much smaller and cleaner language struggling to get out” : le D est-il celui-là ?

Mais sans point fort ou « étendard » (comme les sites Ruby On Rails pour Ruby), ni mégacorporation derrière lui, comment faire son trou à côté du rouleau compresseur C#, et mordre sur le monstrueux existant en C et C++ (bien que des convertisseurs automatiques imparfaits existent) ou celui en Java ?

Ajout de 2009 : Une discussion sur Slashdot en février montre que le langage vit toujours et a conquis quelques adeptes. Sortira-t-il de sa niche ?

Ajout de 2012 : Le langage vit toujours, 25è des plus utilisés paraît-il.

2017 : Le D est inclus dans les outils GNU

Bibliographie

Notes

[1] Et encore me limité-je ici aux langages informatiques. J’ai dû abandonner les cours d’espagnol après la naissance du Mimi, et je n’ai jamais donné au chinois le temps que j’aurais voulu - pas facile tout seul.

[2] J’adore cette expression.

[3] Je ne suis toujours pas sûr de savoir concrètement ce qu’implique le DBC, et surtout si à l’usage c’est une si bonne idée que ça.