C’était il y a 10 ans, pas forcément hier pour moi, mais pas si loin, et je m’encroûtais comme un rat mort au fin fond du bout d’Allemagne de l’Est où je jouais avec du polyéthylène et des péroxydes - oui, c’était une autre vie. Mais j’avais au moins du temps pour créer mon site, notamment la partie Citations et celle sur la loi de Murphy. Ces pages sont toujours là, bien notées par Google (surtout Murphy), même si le contenu n’a pas autant évolué que je l’aurais voulu (et je ne parle pas du look). Une bonne partie date du XXè siècle mais a gardé toute sa saveur.

Les listes de diffusion, dans cette époque glorieuse d’expansion géométrique de la toile, fleurissaient. Je cédai à la mode et le 22 septembre 1997, je diffusai la première Murphyliste : trois Lois de Murphy par jour.

La Murphyliste existe toujours, et de quotidienne elle est devenue quasiment mensuelle, suivant en cela l’érosion inéluctable de mon temps libre suite à la multiplication de mes activités (certaines chronophage genre boulot, voiture, dodo, télé, bébé). Le formulaire d’abonnement est là : listes.html#aboMurphyliste.

La première Murphyliste débutait ainsi :

D’abord la version originale (selon Peter)

« S’il existe deux ou plusieurs manières de faire quelque chose et que l’une de ces manières est susceptible de se solder par une catastrophe, on peut être certain que quelqu’un se débrouillera pour la choisir. »
Edward A.Murphy Jr.

*

Commentaire de O’Toole  :

« Murphy était un optimiste. »

*

Addition à la Loi de Murphy  :

« Si tout va bien, c’est que quelque chose cloche. »

*

Don Météorologique de Miod :

« Par temps variable, il suffit de prendre un parapluie avec soi pour qu’il ne pleuve pas, et de l’oublier pour qu’il pleuve. »

*

Pour finir, je vous signale que la presente liste a failli être victime de :

Loi des mailing-listes  :

« Le lendemain de la création d’une mailing-liste, et de l’envoi de dizaines de mails et posts publicitaires, le réseau qui héberge cette liste se plantera pour au moins trois jours. »

Quelques heures plus tard, Miod me rétorquait :

Deuxième loi des mailing-listes :

« On ne vous demande jamais votre avis avant de vous prévenir que vous venez d’être rajouté d’office sur une ML. »

Et oui, à l’époque je faisais un peu dans le spam enthousiaste :-)

La gestion des adresses à la main étant assez pénible, je suis vite passé sur Sorengo, dont le web français se souvient encore avec émotion (le service semblait en mort clinique mais a bien servi pendant des années). La Murphypro a vite suivi, liste dédiée aux discussions sur les lois. Ne dépendant pas de mon emploi du temps, cette liste est bien plus active par moments - et mine de rien, certains membres y sévissent depuis un paquet d’années aussi.

Dix ans...

Pour finir, un florilège de mes lois de Murphy préférées entre 3000 autres, souvent des lois originales de francophones qui me les ont envoyées :

Loi aquamurphyque :

« Quand tout baigne, y en a forcément un qui coule. »

Théorème météorologique d’Anna :

« Il fait toujours beau pendant les révisions.
S’il fait mauvais temps pendant les révisions, il fera beau pendant les examens, puis le temps redeviendra maussade dès la dernière épreuve passée.
S’il pleut pendant les examens, c’est qu’il aura plu avant les examens et qu’il pleuvra après. »

Axiome de Cole :

« La somme de l’intelligence répartie sur la planète est constante ;
la population augmente. »

Théorie cinétique des Gaz politiques de Coste :

« La théorie cinétique des gaz ne s’applique pas aux politiciens :
plus ils sont proches du zéro absolu
et plus ils s’agitent. »

Théorème d’Existence de Régnier :

« Si Murphy n’avait pas existé, ses lois nous pourriraient simplement la vie sous un autre nom. »

Joie de Wecker :

« Chaque matin est l’aube d’une nouvelle erreur. »

Lois de la Tartine de Manson :

« Une tartine beurrée tombe toujours du côté non beurré lorsque le sol est mouillé.
Une tartine de confiture tombe toujours sur un vêtement avant de toucher le sol.
Une tartine sans beurre ni confiture tombe toujours dans le bol de café. »

Remarque de Marvin :

« Marrant comme, juste au moment où on se dit que la vie peut pas être pire, elle le devient. »

Euphémisme de Baudouy :

« La Réalité n’est qu’un euphémisme pour “cauchemar”. »

Second corollaire de Forsyth :

« Juste quand vous voyez le bout du tunnel, la voûte s’effondre. »

Loi du Tunnel :

« La “lumière au bout du tunnel” est simplement le phare d’un train arrivant en sens inverse. »

Anti-Méta-Règle de Clancy :

« Il n’y a aucune règle qui dise que le monde doit avoir un sens. »

Premier Corollaire de la Loi de Gumperson :

« Il n’y a rien de sûr, sauf la mort et les impôts. »

Effet Bonaldi :

« Toute démonstration d’un produit quelconque qui fonctionnait parfaitement aux répétitions foirera lamentablement lors de la démonstration publique. »

Loi de Vacelet (Extension de l’Effet Bonaldi) :

« C’est quand vous réussissez une performance extraordinaire qu’il n’y a personne pour en témoigner.
Par contre si vous vous vautrez, c’est généralement devant tout le monde. »

Loi de l’Informaticien de Delcourt :

« Un informaticien ne fera que des lois informatiques chiantes et imbitables pour un non-informaticien. » 

Corollaire : « Il y a beaucoup d’informaticiens sur la Murphypro. »

Loi de Finitude du Pognon :

« Quand on arrive à joindre les deux bouts, soudain quelqu’un les bouge. »

Loi d’Ouverture d’Hohmann :

« N’oubliez pas que les ouvertures “faciles” sont inviolables. »

Loi de la Tourista de Lhuissier :

« Elle se déclarera de préférence pendant une excursion au milieu de nulle part plutôt que dans votre chambre d’hôtel. »

Première Loi des Pâtes de Parent :

« La seule façon de faire brûler de l’eau est de vouloir faire des pâtes. »

Loi des jolies Lettones de Veyron :

« Si vous passez deux jours et trois nuits en Lettonie, vous ne pouvez manquer de remarquer que les jolies Lettones sont nombreuses. Au retour, alors que vous racontez votre séjour, un ami est là qui a un ami qui connaît bien la Lettonie. Il raconte que son ami a été impressionné par la quantité de jeunes et jolies filles qui se prostituent pour pallier aux difficultés économiques.
C’est là que vous vous rendez compte que vous êtes soit très con, soit très innocent. »