Dernier plan sur son appel à sa mère, elle-même passée de vie à trépas in extremis au début de l’épisode, fermant proprement un des fils dramatiques de la saison.

Wikipédia me rassure : il y a encore deux autres saisons à voir après celle que France 2 vient de finir. Soulagement. Le personnage principal de la série s’en sortira donc avec quelques jours d’ITT, et je pourrai continuer à avoir ma dose de polar glauque hebdomadaire[1].

Une question toutefois, que je me pose à chaque situation de ce genre : quelle est la part entre le besoin des scénaristes de terminer « proprement » une série qui ne verra peut-être pas une autre saison, la nécessité d’un cliffhanger entre deux saisons pour que le téléspectateur soit impatient de voir la suite, et la pression sur les acteurs du type « si tu es trop gourmand, on continue la série sans toi, on a toutes les justifications pour que ton personnage n’apparaisse plus ». Le magnat courant d’Hollywood est-il aussi fin ?