L’OTAN fait un grand pow wow le ouikène prochain dans ma bonne ville de l’est de la France[1]. Il y aura notamment deux Présidents d’États occidentaux très connus[2], B.O. et N.S.[3], dont les services de sécurité sont aussi connus pour être légèrement paranoïaques. Je ne parle pas des autres chefs d’État[4] [5] invités.

Il n’est plus possible de franchir le pont de l’Afrique[6] sans croiser moults pandores, flics, agents et keufs[7]. C’est la même chose pour l’autre pont par-dessus la Volga[8]. Je suis sceptique[9], car un éventuel voleur de poule[10] ferait sûrement un petit crochet de deux heures de route par le voisin pays du Népal[11], ou gaspillerait sûrement une journée pour venir de la capitale par notre TGV tout neuf[12].

Quoique l’option du détour par l’intérieur du pays ne semble pas être spécialement heureuse : un collègue de passage, non natif de la région, a déjà été arrêté à l’extrême limite de l’agglomération, et interrogé par des gens en uniforme car sa voiture ne portait probablement pas le bon numéro de département[13].

Les préparations vont bon train :

  • les manifestants que nos restes de système démocratique obligent à laisser défiler sont parqués, histoire de les laisser bien mitonner et se monter le bourrichon ;
  • les plaques des égouts sont soudées dans la zone « sécurisée ».

Dendrevi et simeda prochains[14], ce sera pire :

  • un tiers du centre de la ville va être complètement bouclé, avec carte délivrée aux résidents pour qu’ils puissent au moins rentrer chez eux ; ils ont pensé aux médecins de garde mais je me demande ce qui se passera pour les malheureux qui rentreront chez eux après trois semaines d’absences ;
  • les écoles de ces quartiers seront fermées ;
  • boulodromes, stades, piscines, gymnases : dans la zone contaminée orange, ce sera fermé (dommage la météo était idéale) ;
  • une bonne partie de l’administration de la ville aura autre chose à faire que sa mission habituelle ;
  • et en conséquence, même les médiathèques fermeront dans toute la Communauté Urbaine ;
  • pas de courrier pendant deux jours pour la « zone rouge » : les facteurs sont tous de dangereux gauchistes, c’est bien connu ;
  • la plupart des trains vont paraît-il circuler, mais pas vers le pays germanique voisin (schade für diejenigen, die dort arbeiten...) ;
  • pour les urgences, le plus grand hôpital de la ville, Bascaillou[15] a été quasiment réquisitionné ; on est prié d’éviter toute urgence médicale ou obstétrique ces jours-là ; le commun des mortels de banlieue est redirigé vers d’autres villes !
  • le réseau du tram du nord de la ville n’existera plus pendant deux jours ; malheur à celui qui doit traverser l’agglomération pour aller travailler et ne peut sacrifier de RTT ce jour.

Au boulot, la secrétaire a résumé la situation par un lapidaire « C... (la patronne), vendredi tu peux fermer l’agence ! ». Comme nombre de collègues j’ai posé un jour. Même s’il était possible que je sois ce jour-là en clientèle, ce sera le bazar sur la route dans tout le département.

Car le plus drôle[16], c’est la fermeture de l’autoroute A314159[17], véritable colonne vertébrale du département et artère de l’agglomération. Un peu comme si on fermait le périph’ parisien un jour ouvré[18]. Ma tendre moitié n’a pas la latitude de prendre ses RTT quand elle veut, mais elle a la chance d’être du bon côté de l’agglomération et de connaître les petits chemins qui seront probablement saturés... (Le simeda aussi, qui, Murphy[19] oblige, est travaillé exceptionnellement pour elle ouikène-là…)

En fait, c’est tout le trafic du département et du Land de l’autre côté de la frontière qui est perturbé. Pour un Sélestat-Haguenau, il faudra passer par Saverne ! (Carte) C’est la moindre des choses, les transports en commun seront gratuits les deux jours fatidiques, et les parkings-relais aussi (pour ceux qui arriveront jusque là, et si ledit parking-relais n’est pas dans la zone sécurisé, et donc fermé).

Tous les détails sont sur obersouffolschweinheim.eu[20].

On notera par exemple, dans les questions-réponses :

Que se passe-t-il si j’oublie mon badge, si je le perds ?

Un dispositif adapté est cours d’élaboration pour permettre en temps réel d’apporter une réponse à ce type de difficulté.

Personnellement, ce genre de réponse bureaucratique non explicite me glace le sang. Qu’est-ce qu’un « dispositif adapté » face à un « voleur de poules » potentiel, pour des agents de sécurité sur les dents, fatigués après un mois de paranoïa collective, et éventuellement deux soirées de castagne contre des anti- ou alter-otanistes, le tout en Sarkozie[21] ?

Je me demande comment le prennent les commerçants. Dans l’hostellerie, la saturation doit être complète (beaucoup de monde est délocalisé à Baigner-Baigner[22] d’ailleurs). Déjà en période de session parlementaire les hôtels sont tous blindés. Certains restaurants devront faire aussi le plein de journalistes, mais entre les autochtones qui se terreront et les touristes qui fuiront une ville devenue inaccessible et à la partie touristique en état de siège, les restos gastronomiques feront grise mine. Pour le petit commerce classique, je prédis un contraste flagrant avec les ouikènes de soldes. Surtout dans les marchés qui ont été annulés.

Franchement, la prochaine fois, je leur serais reconnaissant de faire ça dans une autre ville, par exemple la riante Châlons-en-Champagne[23], autre capitale régionale, riche de casernes à proximité pour parquer agents de sécurité et manifestants, au relief adapté au repérage à la jumelle de tout intrus, loin de tout centre industriel, mais à proximité relative du TGV. La population totale de la ville est inférieure à celle des quartiers de Strasbourg concernés, et là il n’y a pas de banlieue. Et pour le prestige de la France, les mines de boissons alcoolisée à bulles sont à proximité immédiate.



À suivre...

Notes

[1] Pour la sécurité des Présidents impliqués, le nom de la ville a été masqué.

[2] Pour la sécurité des États en question, leurs noms ne seront pas divulgués.

[3] Pour la sécurité des chefs d’État en question, leurs noms ne seront pas divulgués. En fait non, ne croyez pas ça, ce n’est même pas sûr qu’ils viennent.

[4] Pour leur sécurité, leur nombre ne sera pas divulgué ici. On précisera juste que c’est un entier strictement positif strictement inférieur au chiffre de la population mondiale.

[5] De toute manière, la télé française ne parlera probablement que de N.S. et de B.O.

[6] Pour la sécurité du pont, son nom a été échangé par celui d’un autre continent.

[7] Pour la sécurité des agents de sécurité en question, leur nom officiel a été remplacé par des sobriquets bien innocents.

[8] Pour la sécurité du fleuve frontalier en question, son nom a été remplacé par un autre nom de fleuve européen.

[9] Simple formule de style, cher agent des Secret Services qui épluchez les blogs de tous les habitants de la région ; je ne mets aucunement en doute l’efficacité finale des mesures de sécurité ici énoncées.

[10] Euphémisme né d’une (probablement dérisoire) tentative d’éviter un mot commençant comme terreau et finissant comme touriste qui a le malheur de déclencher l’attention de toutes les agences à trois lettres américaines et toutes celles à quatre lettres françaises.

[11] Pour la sécurité du pays en question, son nom a été remplacé par celui d’un autre petit pays neutre et montagneux, quoique nettement moins richement doté en coffres et institutions bancaires.

[12] Que nous avons payé de nos impôts régionaux à nous, rappelons-le encore, puisque nous ne sommes après tout que la région frontalière du premier partenaire économique de la France mais pas une destination de vacances privilégiée des Parisiens.

[13] Et comment vont faire les services de sécurité quand ledit numéro départemental aura disparu des plaques ?

[14] Par sécurité, les noms des jours ont été subtilement cryptés.

[15] Pour protéger sa sécurité, comme d’hab...

[16] Rions jaune.

[17] Par sécurité, son code a été modifié.

[18] Aux Parisiens qui répondraient que vu son encombrement ça revient au même je réponds qu’ils n’ont hélas pas le monopole des bouchons aux heures de pointe.

[19] Ce nom n’a pas été crypté — ce serait vraiment attirer Son attention.

[20] Pour protéger sa réputation, le nom de la ville a été changé par un autre, certes inventé, mais typique de la région.

[21] Ça y est, je suis définitivement fiché.

[22] Pour sa sécurité, le nom de cette ville d’eau étrangère bourrée d’hôtels a été subtilement altéré par translation linguistique.

[23] Bonjour à mon client de là-bas.