J’étais peut-être précurseur en parlant de ma « bonne ville d’Austrasie » dans un billet il y a presque dix ans.

Rappel pour mon lectorat non-acalien : sur ordre de Paris, selon un processus bâclé sur lequel je ne m’étendrai pas pour rester calme, et en tout cas sans aucune initiative locale, Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne sont depuis le début de l’année fusionnées en une seule région, provisoirement nommée ACAL.

Cette région n’a aucune unité, est séparée par un grand vide au milieu et n’a pas de précédent historique (on y reviendra). La capitale, Strasbourg, totalement excentrée, a été imposée lors des tractations parisiennes [1] : les Lorrains, en position centrale, peuvent se sentir floués. En tant que Strasbourgeois, cela m’arrange, mais j’ai été Lorrain [2]. Quant aux Champenois et Rémois, qui sont plus dans l’orbite de Paris [3], j’ai lu qu’il craignaient de se faire phagocyter par les autres régions plus peuplées et nettement plus riches.

Métropolisation_du_Grand_Est_MonsieurFou@Wikipedia.svg.png

Et maintenant, cette région il faut la nommer. (Avril 2016 : Finalement, le nom final sera « Grand Est ». Consensuel mais fade.) Trois noms ont été proposés par un comité un peu choisi au hasard (cf les DNA d’avant-hier) et ne font pas l’unanimité, sinon contre eux (DNA d’hier) :

  • Acalie est un néologisme reprenant l’acronyme ACAL (Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne). Ça évoque l’Acadie canadienne. Je ne me vois pas devenir un Acalien. Après tout, on s’est bien habitué à la région PACA dans le sud, mais uniquement comme acronyme. Autant garder le nom à rallonge actuel qui ne vexe personne et l’acronyme ACAL !
  • Rhin-Champagne essaie de singer Rhône-Alpes. C’est peut-être dans les trois propositions celle qui me plaît le plus. On allie deux extrêmes de la Région et deux éléments très connus à l’extérieur. Évidemment, c’est encore dommage pour les Lorrains.
    (Une collègue proposait ironiquement Riesling-Champagne : quitte à faire alcoolisé je préfére Gewurtzraminer-Champagne. Rajoutons les Lorrains, pour un Gewurtzraminer-Mirabelle-Champagne plus long que l’ancien nom provisoire. Raté !)

France_714_Paul_Vidal_de_la_Blache_1912@Wikimedia.jpg Austrasie_752_CJ_Drioux_C_Leroy_1850_@Wikimedia.jpg

  • Nouvelle Austrasie tente au moins la racine historique. L’Austrasie, royaume franc de l’époque mérovingienne, recouvre a peu près cette région. Austrasie tout court aurait eu ma préférence si ce nom évoquait encore quelque chose après presque un millénaire et demi, et s’il était tout simplement plus beau. Le « Nouvelle » est à mon avis de trop, on n’est pas dans l’hémisphère sud.

Des noms ont été proposés qui n’ont pas été retenus :

  • Grand Est semblait de loin le favori, mais en fait, à part un consensus mou qui n’enthousiasme personne en fait, qu’apportait-il ? Là encore c’est une vision parisienne. Vu de Strasbourg, ce sont les Parisiens qui sont à l’ouest (dans tous les sens du terme) et ne parlons pas de nos voisins allemands. Je viens de Région Centre, région patchwork aussi, et un nom purement géographique est la marque d’un manque total d’âme. Je ne parle pas du nom des habitants (Grand-estois ?).
    (Un ancien condisciple me proposait Estrie, un nom qui existe déjà au Québec, et réellement évoqué pendant les débats de la commission. Encore plus qu’avec Acalie ou Austrasie, des touristes risquent de se tromper de continent en allant au marché de Noël de Strasbourg [4].)
  • Carolingie aurait été sympa (l’Austrasie est le cœur de la famille et de l’Empire de Charlemagne), mais la perte de mémoire collective a encore frappé. Et aurions-nous aimé être des Carolingiens ?
  • La Lotharingie a aussi brièvement existé sur ces terres, mais là encore, qui s’en souvient encore ? De toute façon, la Lorraine s’appelle déjà comme ça (Lothringen en allemand).
  • Essayer de contenter tout le monde est mission impossible. Donc, dans une optique de reconnaissance à l’étranger, reprendre un nom délibérément réducteur était défendable :
    Champagne a une identité forte (historique aussi).
    Alsace aurait été perçu comme arrogant par ceux qui nous confondent encore avec des Allemands, mais ne m’aurait évidemment pas déplu.
    Lorraine m’aurait convenu. Si les Alsaciens n’aiment pas, ils doivent se dire que si l’unification n’avait pas foiré en 2013, ils auraient eu des arguments pour rester indépendants.
    Rhin-Champagne doit provenir d’une recherche entre tout ça.
  • CHAMpagne-ALsace-Lorraine faisait Chamallo : au moins on s’en souviendrait à l’étranger.
  • Marches de l’Est faisait un peu « terre de conquête », vu de Paris. De plus c’était déjà pris (Ostmark = Österreich = Autriche)
  • Avec Territoires Nord-Est, on se demandait si on avait même encore le droit de vote.
  • Je ne sais pas ce que pensaient ceux qui ont proposé Île d’Europe (sinon à singer les Parisiens, encore ?), Union Grand-Est, Orest, Uniest (voir ce blog qui pariait pourtant sur Grand Est aussi.).

Nommer est difficile. Je le sais, j’ai dû choisir pour deux enfants. Encore était-ce dans une liste de noms déjà établis [5] et sans intention marketing (consciente).

Pour une Région sans unité autre que géographique ou de lien vers les pays germaniques, pour laquelle on n’a pas consulté les citoyens (qui auraient répondu « Non » comme à toute autre question, comme d’habitude en France à présent), c’est presque mission impossible.

L’exécutif local a voulu un processus un peu ouvert avec une commission faite de gens d’horizons différents, il aurait peut-être fallu impliquer plus de monde plus longtemps, faire des sondages en temps réel, laisser chaque nom monter ou descendre. Pour certains, il fallait peut-être juste s’habituer.

En tout cas, je préfère encore n’importe lequel des ces trois noms à ceux proposés aux citoyens de Nord-Picardie[6]...

Notes

[1] Peut-être pour éviter une demande alsacienne de rattachement à l’Allemagne. Ou pour éviter de donner un argument de plus aux opposants du Parlement européen à Strasbourg.

[2] Tout ça par migration et pas de naissance.

[3] Disons la ceinture de Kuiper de Paris...

[4] Quoiqu’il y a trop de touristes de toute façon.

[5] Madame ne m’a pas laissé expérimenter mon générateur de mots...

[6] Choisis apparemment uniquement par des lycéens et apprentis, sans doute les dernières personnes à avoir la connaissance culturelle et historique pour trouver le nom d’un ensemble.