mardi 16 août 2016

Presque 10 ans et bien plus qu’un carton

C’était il y a presque 10 ans : je changeais d’employeur, et les six années précédentes tenaient dans un carton.

Aucun regret : en migrant vers un autre domaine (où j’ai dû me reformer mais toujours dans le merveilleur monde des SSII), j’ai appris plein de choses, rencontré plein de collègues et clients sympas et différemment compétents, qui m’ont en général supporté, en tout cas qui valaient le coup d’être connus ;

Mais quand les roues tournent, que les entreprises se font manger, et qu’on se retrouve à travailler pour une entité qui n’a plus grand-chose à voir avec celle qui nous a embauché (même en faisant attention au syndrome « c’était mieux avant » et même si les humains dans les bureaux restaient en gros les mêmes) ;

quand l’essentiel des droits du développeur relève de la science-fiction ou de l’utopie (pas de SSD sur un portable pro en 2016 ??!) ;

quand la techno découverte avec (presque) admiration à un moment périclite, gérée avec les pieds par son nouvel éditeur, gros prédateur sans soucis du développement, de la cohérence, des tests de régression ou du respect du client ;

quand mes audits deviennent implicitement la recherche du meilleur moyen pour le client de ne pas raquer le prix d’un appartement (pour... rien), voire à échapper à une amende de l’éditeur (ça devient son business model), et que plus généralement les clients cherchent parfois activement à se désengager de la techno dont on est référent (et justement pour cette raison) ;

quand faute de budget les clients ne font plus grand-chose d’autre que des migrations techniques sans aucun besoin créatif ;

quand le domaine entier où l’on exerce s’oriente dans deux directions différentes, aucune ne semblant vraiment excitante pour un câblé du SQL comme moi ;

quand on se demande ce qu’on fait là au milieu des bouchons, à polluer la ville et réchauffer la planète, juste pour aller ou revenir d’un bureau où l’open space bruyant et la simple (et agréable) socialisation provoquent un effondrement de la productivité, où la connectivité est parfois inférieure à celle de la maison, et quand cette transhumance quotidienne est source de stress (parce que traverser l’agglomération à l’heure de pointe pour être à 18h30 à la fin du périscolaire, c’est pas de la tarte sans partir trop tôt) ;

alors il est plus que temps de se dire qu’il faut voir ailleurs.

Ailleurs mais pas n’importe où : on sait ce qu’on perd, pas ce qu’on gagne. Mon ex-employeur, aussi exaspérant qu’il soit par bien des côtés, n’est pas le pire sur ce créneau et j’avais ma niche confortable avec le réseau informel qui va bien. Mais cela aurait-il été le cas encore dans 2, 5 ou 10 ans ? Certains collègues peuvent encore jouer la montre en attendant la retraite, pas moi.

Dans un milieu où le jeunisme règne (ben oui, un jeune diplômé c’est pas cher et ça pose pas de questions quand on l’envoie à 170 km une semaine entière avec aller-retour quotidien en train), un reclassement devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que les tempes grisonnent. Mon chef direct n’aurait pas voulu que je parte, mais il n’aurait sans doute pas le droit de me réembaucher !

Évidemment, entre penser à partir et le faire, il y a un monde, amplifié par le travail en cours à continuer d’assurer, la difficulté à vouloir changer et d’employeur et de créneau (et la réflexion sur lequel), les contraintes familiales, mon manque flagrant de sens de l’aventure... Vive l’informatique moderne et ses sites d’offres d’emploi, même si ce sont plutôt les hasards du réseau informel qui m’ont mené là où je vais.

Les prochains mois vont être denses. Mais je me demanderai sans doute moins à quoi je sers dans l’existence – en tout cas pas à enrichir un éditeur qui n’en a rien à battre de ses clients.

(En attendant, vider 10 ans de bazar dans mon armoire, puisque j’avais la chance d’être en général en agence, a pris bien plus de temps et quelques bacs Ikéa de docs de formation à garder, audio-électronique personnelle, exceptionnels goodies, et, ce qui donne presque envie de rester, les cadeaux de départ des collègues.)

vendredi 5 août 2016

« Syzygie » de Michael Coney

Le britannique Michael Coney n’est pas très connu mais certaines de ces œuvres m’ont marqué. La nullité et/ou la duplicité d’un gouvernement d’incapables ou de médiocres qui néglige les petites communautés, les catastrophiques effets de foule dans une population, ou la manque de vision à long terme  […]

Lire la suite

dimanche 17 juillet 2016

Les mythes du terrorisme (Michael Shermer)

Histoire de relever le désastreux niveau médiatique après les tragiques attentats de Nice, voici le résumé de Myths of terrorism, un article de 2015 de ma revue américaine préférée, Skeptic, avec une vision assez américaine mais sur une longue durée du terrorisme en général. Remarques personnelles  […]

Lire la suite

« Pour la Science » n° 464 de juin 2016

Je sais, je suis en retard. Petit numéro sans grand-chose de passionnant à retenir pour moi. Didier Nordon Qu’une œuvre soit « datée » ne devrait pas être en soi un problème, toutes les grandes œuvres artistiques ou philosophiques le sont. Il y a problème si l’œuvre ne semble plus contenir que  […]

Lire la suite

mercredi 6 juillet 2016

Nathalie Henneberg

N_Henneberg_La_Plaie.jpg

Ma revue de SF préférée, Galaxies, a sorti un dossier sur Nathalie Henneberg, et ça n’a pas raté : je relis en rafale tous les tomes que j’ai sous la main (en bonne partie hérités de mon père, car la dame est peu republiée depuis ma naissance, hélas !). Elle était exactement le genre d’auteur entre  […]

Lire la suite

vendredi 24 juin 2016

Canicule & discrimination

La canicule revient, et avec elle une pénible discrimination de notre société. Pendant que ces dames peuvent en général réduire et raccourcir textiles et chaussures jusqu'aux limites autorisées par la décence élémentaire, nous autres hommes de bureau sommes contraints par la pression sociale, le  […]

Lire la suite

dimanche 5 juin 2016

Copernic, Matière noire, Amazonie, π : « Pour la Science » n°463 de mai 2016

Pour la Science n°463 Mai 2016

Un bon petit numéro plus passionnant pour les chroniques que pour les articles de couverture. Le sage Didier Nordon a dit... Les enfants font des pitreries et disent des bêtises pour les mêmes raisons : ils explorent les limites de la gravitation d’une part, et du langage d’autre part. Les adultes  […]

Lire la suite

jeudi 24 mars 2016

“SQL Performance explained” (« SQL : au cœur des performances ») de Markus Winand : indexer sa base de données

MarkusWinand_SQLPerformanceExplained.jpg

(Si vous ne savez pas et ne voulez pas savoir ce que sont le SQL, les bases de données et les index, ce qui suit ne vous intéressera pas.) J’ai beaucoup apprécié ce livre, mais je commencerai par un reproche courant sur son titre : il ment ! Markus Winand ne parle pas des performances des requêtes  […]

Lire la suite

samedi 19 mars 2016

Boson de Higgs et biocarburants à base d’algues : « Pour la Science » de Septembre 2012

Chouette, il ne sera pas trop tard pour celui-là. Trois ans et demi après, je m’aperçois que la planification a échoué. Bah, la bonne science reste intemporelle [1]. Comme d’hab, j’italique mes commentaires et impressions conscients, les caractères normaux n’incluant que mes biais inconscients.  […]

Lire la suite

dimanche 13 mars 2016

Acalien, Rhéno-champenois ou Néo-austrasien ? De la difficulté de nommer une région sans unité

France_714_Paul_Vidal_de_la_Blache_1912@Wikimedia.jpg

J’étais peut-être précurseur en parlant de ma « bonne ville d’Austrasie » dans un billet il y a presque dix ans. Rappel pour mon lectorat non-acalien : sur ordre de Paris, selon un processus bâclé sur lequel je ne m’étendrai pas pour rester calme, et en tout cas sans aucune initiative locale,  […]

Lire la suite

- page 1 de 21