Petit billet en vitesse sur ce numéro : pls_0452_couv_200.jpg

Géométrie aléatoire

Après la géométrie euclidienne, après les espaces courbes, voici la géométrie aléatoire, c’est-à-dire où la distance entre deux points quelconques est aléatoire. Les physiciens en ont besoin pour les théories quantiques de la gravitation, un sujet de recherche depuis nombre d’années.

Désolé, pas lu, trop aride.

Néoténie

La théorie de la néoténie humaine n’est pas nouvelle : l’homme est un singe qui n’est pas devenu adulte, voire est resté un fœtus. Cela explique nombre de nos caractéristiques anatomiques (nudité, taille et position du crâne notamment), mais aussi comportementales. Aucune autre espèce n’a un tel degré d’adaptation, ni ne joue encore à l’âge adulte (j’ajouterais : à part le chien, qui se comporte comme un louveteau).

L’homme recherche du ludique partout, y compris en science, en art ou en sexualité. Plus dramatique : aussi dans la guerre et la cruauté. Notre plasticité nous force aussi à réfléchir à ce qu’est la morale.

De plus nous prolongeons cette néoténie, que ce soit par le rasage ou nos rituels sociaux. (Je remarque aussi que plus l’espérance de vie s’allonge, plus la jeunesse se prolonge : un adulescent occidental de trente ans ne se comporte pas comme un paysan d’un pays pauvre marié à quinze ans.)

Mémordinateurs

La méminformatique propose de rassembler dans les mêmes composants la mémoire et la capacité de calcul, à un très bas niveau (les mémristors, mémcapacité, méminductances, tous à effet mémoire). De gros progrès en capacité de calcul sont à attendre, sans investissement important (la finesse de gravure ne change pas et on garde les usines actuelles, alors que leur coût devient le facteur limitant de l’évolution des processeurs).

(Les concepteurs de compilateurs vont donc s’amuser. Par contre, vu le mal qu’a déjà à s’imposer le parallélisme dans l’informatique actuelle, je pense que nous allons rester encore bloqués longtemps avec la bonne vieille architecture processeur/mémoire séparés.)

Dans la tête de Néandertal

Un article détaille les différences cérébrales entre notre cousin/ancêtre et Homo sapiens et ne relève aucune lacune majeure par rapport à ce dernier.

L’explication de l‘extinction (après des centaines de milliers d’années d’existence tout de même) serait plutôt à rechercher dans une population plus réduite et fragmentée, moins ouverte aux innovations que l’homme moderne.

Divers

  • Pas mal d’heures de calcul sur superordinateur à partir des équations décrivant les interactions entre particules élémentaires ont permis de calculer les 0,14% de différence de masse entre proton et neutron, en accord avec l’expérience. Un beau succès de la chromodynamique quantique.
  • Le moustique tigre (vecteur de la chikungunya) se répand rapidement en France. On le rencontre déjà vers Bordeaux et la vallée du Rhône. (Super...)
  • Gilles Dowek analyse nos élections en terme d’information : un vote entre huit candidats, c’est huit bits d’information. Les technologies actuelles permettent sans doute de faire bien mieux et il imagine quelques formes politiques originales.
  • La forme des nids des termites dérive directement de leurs gènes. Plus étonnamment, c’est aussi le cas pour des mammifères comme les souris sylvestres. : les enfants ont des terriers de forme intermédiaire entre ceux des parents. (Et quelles formes de notre société sont-elles dominées ainsi par quelques gènes chez nous, sans que nous en ayons la moindre conscience ?)
  • La Jaxa prévoit de créer des centrales solaires orbitales, et d’envoyer l’énergie sur Terre via des micro-ondes (non absorbées par l’atmosphère). La puissance arrivant au sol pourrait être dangereuse, et les antennes et la zone interdite feraient plus d’un kilomètre. Pour le moment les Japonais transmettent quelques kilowatts sur des centaines de mètres, mais prévoient une exploitation commerciale en 2040. [1]
  • Parmi les réflexions du mois de Didier Nordon : dans une discussion, une objection pertinente peut tomber à plat car le débateur y aura peut-être pensé. Un argument hors sujet a plus de chances de toucher : « mais ça n’a rien à voir ! » donne l’impression d’être sur la défensive et en état de faiblesse. (Une technique abondamment employée par certains, et qui atomisera n’importe quel ingénieur ou personne logique pensant qu’elle peut gagner une discussion en ayant raison.)

Note

[1] Coïncidence : je viens de relire Le dormeur s’éveillera-t-il ? de Philippe Curval, écrit à la fin des années 70, décrivant un monde où les écolos et autres gauchistes typiques de l’époque ont mené la civilisation européenne au refus de la technologie, au retour à la campagne massif, et à l’autodestruction. Lesdits écolos avaient notamment comme ennemi les centrales solaires orbitales, potentiellement mortelles et centralisées, et voient, à la fin du livre, les centrales nucléaires comme une source d’énergie plus sûre et facilement décentralisable !