Résumé à la Woody Allen

Ça parle de la Russie.

Résumé moins sommaire

Ne cherchez pas l’intrigue, il n’y en pas pas.

C’est un des côtés furieusement modernes de ce roman, remontant pourtant à l’époque de la libération des serfs russes (1861) : le fil conducteur est très ténu — ou plutôt il est multiple.

Car si les mêmes personnages reviennent entre 1805 et 1820 (le prince Vassili, la famille du comte Rostov, le prince André, Pierre…), on en suit plus certains au départ, pour s’accrocher ensuite à d’autres. Il y a de la place pour nombre d’histoires dans un pavé de cette ampleur.

Tout ce beau monde ou presque fait partie de la très haute société russe, celle qui possède plusieurs palais dans différentes villes, compte sa fortune en âmes (de serfs), considère que le vrai monde tourne autour des bals et réceptions mondaines, et parle autant français que russe (!). Les serviteurs, précepteurs et nounous ont droit à quelques mentions, le reste, hors militaires, n’existe quasiment pas.

La vie suit son cours : pendant que le rouleau compresseur napoléonien passe sur l’Europe pour refluer après Moscou, la petite et trop gâtée Natacha Rostov grandit, découvre l’amour et en fait n’importe quoi ; Pierre, un bâtard sur qui la fortune est tombée brusquement, passe le livre à essayer de découvrir ce qu’il veut faire de sa vie ; Nicolas Rostov gagne ses galons sur les champs de bataille ; Boris le fauché, forcé d’être arriviste, grimpe dans la société et choisit sa femme pour son argent… La vie à cette époque est dure, des personnages meurent à qui le lecteur s’était attaché, à la guerre ou en couche, en deux lignes ou en cent pages.

La conquête de l’Europe par Napoléon constitue l’arrière-plan, puis au deuxième tome l’avant-plan avec l’invasion de la Russie, Borodino, la prise de Moscou, la retraite… Les personnages participent à quelques batailles plus ou moins complètement décrites.

C’est tout d’abord Austerlitz, un grand chaos où, comme le répète plusieurs fois Tolstoï, personne ne sait vraiment ce qui s’est passé, et en tout cas cela n’avait rien à voir avec les plans des généraux des deux camps.

La boucherie de Borodino (la Moskowa pour nous Français) est plus importante. C’est à la fois une victoire et une défaite : Napoléon a forcé le passage de Moscou, à un prix effroyable, son armée étant en fait blessée à mort. Pour le général en chef russe Koutouzov (Tolstoï a manifestement beaucoup de tendresse pour ce vieil homme qui avait compris qu’il fallait plutôt éviter de livrer bataille), Borodino est une victoire… avec des pertes tellement énormes qu’il ne peut contre-attaquer immédiatement et doit livrer Moscou aux Français.

La fuite devant les armées françaises puis l’exode de la population moscovite (vu de l’exaspérante lorgnette des nobles qui déménagent carrément) constituent des passages assez glauques. Au passage : Moscou abandonnée devait « forcément » brûler : la ville était en bois !

Durs également les passages sur la retraite des Français en pleine débandade, et l’armée russe qui les poursuit (inutilement, l’ennemi fuyant le plus vite possible) tout en subissant l’hiver et les privations autant qu’eux. Les souffrances des soldats « de base » ne sont pas négligées.

L’épilogue se déroule quelques années après le départ des Français, et est suffisamment long pour que je ne me frustre pas[1]. Le tout dernier chapitre est une longue réflexion de Tolstoï sur la manière dont on écrivait l’histoire en son temps, histoire beaucoup trop centrée sur les chefs d’État et les militaires. Pour lui, Napoléon n’a rien fait, il n’aurait rien fait sans des peuples entiers dans le même mouvement. Son échec en Russie tient aussi au soulèvement du peuple russe entier, pas à ses dirigeants.

De même, une bataille ne peut être dirigée, y compris par Napoléon, c’est l’action de chacun des combattant, les paniques collectives et les enthousiasmes contagieux, qui font le résultat des batailles, dans le chaos le plus complet. Les généraux ne contrôlent rien même au niveau stratégique ; par exemple la politique de la terre brûlée était plus une conséquence du mouvement rapide des Français qu’une volonté réelle. De toute manière Tolstoï dépeint les états-majors comme des paniers de crabes où, dans les situations les plus désespérées, prime la mesquine recherche des avantages personnels. Le fatalisme (typiquement russe ?) parcourt tout le livre, y compris dans beaucoup de destins personnels (Pierre épouse Hélène parce que tout le monde s’y attendait).

(Les champs de bataille ont bien évolué depuis cette époque où les colonnes avaient du mal à se situer mutuellement, à savoir où elles étaient, et où les transmissions se faisaient par messager à cheval ; et depuis longtemps on sait que l’histoire tient souvent plus aux peuples et à l’économie qu’aux chefs. Quoique. Je laisse le sujet aux historiens.)

Bref : un grand roman avec du souffle, de l’Histoire, du romantisme, du panache, du réalisme, et de la Russie.

Ceux qui voudront dire qu’ils l’ont lu sans le faire peuvent se limiter à la page Wikipédia.

Note

[1] L’épilogue vite expédié après la victoire finale est un problème récurrent je trouve dans beaucoup de sagas modernes : Harry Potter, L’assassin royal