J’aurais dû publier ça plus tôt. Comme le prochain est déjà lu, on va résumer en vitesse (sans me priver de commenter, comme d’hab’) :

pls_460.jpg

Les génies par accident

Des gamin devenus dieu de la mécanique, génie de la musique ou compteur génial après une balle dans la tête ou une méningite ; des adultes dans la force de l’âge victimes d’hémorragie cérébrale ou d’un choc grave transformés en artiste au point de pouvoir en vivre : c’est le syndrome du savant acquis. Il y a assez de cas documentés pour mériter une étude. Le recâblage du cerveau après la lésion améliorerait le fonctionnement de certains régions.

Les maisons de retraite sont également pleines de talents artistiques qui se dévoilent à mesure que s’installe une certaine forme de démence (liée uniquement aux lobes frontaux). La levée de certaines inhibitions libéreraient certaines qualités dormantes. Sans compter certains handicapés socialement inadaptés aux capacités hors norme (Rain Man).

Évidemment se pose la question de la transposition du phénomène à des gens sains : la simple stimulation par courant électrique du lobe temporal antérieur droit fait exploser les résultats à un test cognitif.

La recherche sur le fonctionnement du cerveau en phase de création continue — mais les outils ne permettent pas (encore) d’étudier finement un artiste en pleine action.

Didier Nordon

Voir la semaine dernière pour la remarque sur l’originalité dans la recherche.

Autres remarques à discuter :

« L’homme ne se nourrit pas que de pain : il lui faut aussi de la difficulté. Quand une question facile se pose, il n’a de cesse d’imaginer comment la transformer en questions de plus en plus difficiles. S’il parvient à en formuler une qui soit carrément inextricable, là, il connaît enfin le bonheur. »

« Personne n’a peur d’un faisceau lisse, d’un schéma formel ou d’une tour de corps de classe — sauf ceux qui savent de quoi il s’agit. (...) Tout le monde a peur du dioxyde de titane, de l’acide malique ou du citrate de calcium — sauf ceux qui savent de quoi il s’agit. »

À ce propos, se rappeler que le monoxyde de dihydrogène reste un poison mortel scandaleusement méconnu.

Les neutrinos

Il m’avait déjà fasciné dans le numéro de juillet dernier : IceCube, constitué de milliers de détecteurs noyés dans un kilomètre cube de glace au Pôle Sud, est en fonction. Les neutrinos ont l’intérêt de ne pas interagir avec la matière, donc proviennent en ligne droite des événements qui les ont créés. Exceptionnellement ils daignent percuter directement le noyau d’un atome d’IceCube et génèrent une flopée d’autres particules dans une traînée d’un kilomètre de long (!!) qui permet de définir très précisément leur origine. Il faut filtrer ceux qui sont générés sur Terre (par les rayons cosmiques) ou le Soleil.

La provenance d’une poignée de neutrinos à haute énergie venant de l’espace profond, enfin prouvée, reste énigmatique : supernovas, sursauts gamma ? Des hypothèses exotiques évoquent même la désintégration de l’hypothétique matière noire de l’univers. En attendant, le centre de notre galaxie est un gros émetteur.

Suivent d’autres considérations théoriques sur l’oscillation de leur saveur (liée au fonctionnement interne du Soleil), et la masse du neutrino (capitale pour les scénarios de formation des galaxies). D’autres détecteurs sont en projet et c’est encore une nouvelle page de l’astronomie qui s’ouvre.

La maladie de Lyme

Elle est trop peu connue des médecins en France, surtout hors du nord-est, et sa détection est délicate : nous ne nous apercevons pas toujours que nous avons une tique ; la tache rouge symptôme de l’infection peut passer inaperçue si même elle apparaît ; les symptômes (fatigue, douleurs, problèmes neurologiques...) sont très généraux ; les tests ne cherchent pas forcément toutes les espèces des bactéries responsables, et les laboratoires ne savent pas eux-mêmes quel test teste quoi, d’où des tests faussement négatifs. Bref, il y a des progrès à faire mais pas mal de monde va encore souffrir pendant des années sans savoir pourquoi... Après la phase d’incubation, la guérison est beaucoup plus difficile.

80% du « pathobiome » (virus et bactéries (j’adore ce mot)) transmis par les tiques est encore inconnu ! Des tests ADN existent, mais paradoxalement uniquement en médecine vétérinaire, aux normes moins strictes que pour les humains.

L’exploitation de l’espace

Le Traité de l’Espace de 1967 interdit aux États de réclamer la propriété de la Lune ou de toute autre astre — sage décision en pleine Guerre Froide. Les Américains viennent pourtant de permettre et encourager l’exploitation des ressources par des entreprises privées : après tout il ne s’agit pas de prise de possession par un État.

Ceux qui iront là-bas les premiers poseront les règles du jeu. Ça me rappelle de vieux livres de SF sur la conquête privée de l’espace, à commencer par l’Homme qui vendit la Lune, du génial et regretté Robert Heinlein. On parie que vont se rejouer dans l’espace toutes les phases du développement terrestre : guerres privées, esclavage... ?

Divers

  • Des chercheurs de Rouen ont identifié une des protéines émises par des bactéries de nos intestins et qui provoquent la satiété. Nous vivons bien en symbiose avec elles...
  • Grâce à la déformation de l’espace-temps induite par un amas d’étoile, une supernova détectée par Hubble en 2014 a été à nouveau détectée en décembre ! Le cosmos aussi a une fonction Replay...
  • Des chercheurs d’Oxford ont montré que plus il y a d’intervenants dans une blague, moins elle est drôle : nous peinons à suivre les états mentaux des protagonistes.
  • La testostérone serait une cause des différences de performance en navigation spatiale et en orientation entre les sexes.
  • Les Indiens d’Amazonie pratiquent le « tapirage » : ils obtiennent des oiseaux au plumage particulier en leur arrachant des plumes et en enduisant celles qui repoussent de diverses décoctions. Cet art disparaît rapidement en même temps que les Indiens...
  • Le militantisme par Internet est beaucoup moins efficace que la manifestation physique classique. Cependant, les restrictions des libertés actuelles pour raisons de sécurité pourraient mener à un accroissement de l’action militante sur le web, à commencer par les pétitions.
    Mouais. Ça fait bien vingt ans qu’on nous promet ça. Entre signer une pétition en ligne et agir plus concrètement, il y a un gouffre que 99% des gens ne franchiront pas. Pour des gouvernants en mode je-me-fiche-ce-que-le-peuple-pense, ou (plus courant sans doute) je-n’écoute-que-mon-camp, ça ne va pas changer grand chose. Et à l’inverse il y a risque de ne gouverner qu’en réagissant aux bulles médiatiques sur Facebook.
  • Pourquoi ne peut-on pas dire que le Soleil tourne autour de la Terre, sachant qu’un référentiel fixé sur la Terre est tout aussi valide qu’un référentiel fixé sur le Soleil ? (Dans ma folle jeunesse, j’avais écrit un programme de simulation de la gravitation : j’adorais fixer l’origine sur la Terre et voir les autres planètes décrire des boucles). Les réponses « Tout le monde le sait » ou « les autres planètes tournent aussi autour » ne sont pas valables.
    Une réponse : stricto censu, Soleil et Terre tournent en fait autour d’un centre de gravité commun... qui est bien dans le Soleil.