The Sleepwalkers attendra encore, en partie à cause de ce bon cru de mon journal scientifique favori. Comme d’hab’, l’italique n’engage que moi, et le romain vise le résumé objectif. Il est encore en kiosque.

pls_450.jpg

L’hygiène lumineuse

Un article très concret et immédiatement applicable dans Pour la Science, ça change : le neurobiologiste Claude Grondier a mesuré l’influence des lumières bleues de l’électronique moderne sur notre sommeil. En résumé :

  • c’est surtout la lumière bleue qui agit sur nos détecteurs ;
  • plus la lumière est froide, plus la mélatonine (l’hormone du sommeil) est inhibée : performances cognitives et bien-être sont meilleurs (Moralité : mettez vos ingénieurs et ouvriers sous les néons) ;
  • les écrans à LED ont le même effet ;
  • trois heures de lecture sur tablette le soir retarde de plus d’une heure l’horloge biologique par rapport à la lecture sur livre (ça doit expliquer pourquoi je me réveille le soir devant mon Mac) ;
  • et non seulement l’endormissement est retardé, mais la qualité du sommeil s’en ressent (moins profond).

Cas extrême : la station antarctique Concordia. Pendant les neuf mois d’hiver, le manque de luminosité provoque chez certains résidents un sommeil raccourci. Augmenter la lumière et l’enrichir en bleu a rallongé les nuits.

Chaque personne a un cycle propre, légèrement supérieur à 24 heures, recalé par la lumière. Chacun doit trouver sa propre « hygiène lumineuse » pour améliorer son sommeil. Pour la plupart des gens, un accès à la lumière solaire en journée sera suffisant, et il est un peu tôt pour traiter la dépression saisonnière par de la lumière bleue — on ne sait pas mesurer le dosage.

Un ado qui n’arrive pas à dormir le soir devra baisser la lumière en soirée, bannir l’électronique une heure avant de dormir, et éclairer au maximum le matin. Au contraire, quelqu’un qui s’endort en début de soirée se réveillera avec plus de lumière.

Détection du radicalisme

Avertissement de Gérald Bronner : la campagne de détection du radicalisme va noyer le ministère sous une avalanche de faux positifs.

Les djihadistes sont (heureusement) extrêmement rares. Même avec des symptômes supposés pertinents (méfiance, rejet, changements d’habitudes...), il y a aura inévitablement une part de faux positifs... multipliée par une population de plusieurs dizaines de millions. Quelques fous furieux vont donc être noyés parmi une mer de gens inoffensifs.

Les routes de 5è génération

Chemin muletier, voie romaine, macadam, autoroute... et à présent voie connectée, durable, automatisée, écologique, communicante, silencieuse, résiliente, bardée de capteurs... Bref, de la science-fiction au quotidien, qui démarre aujourd’hui.

Difficile de dire comment quelles options vont se développer, entre les routes recouvertes de panneaux solaires pour alimenter les voitures ; celles bordées de pistes cyclables solaires ; les routes démontables, ou préfabriquées avec tuyauterie prête pour différents modes de transport et interconnexion à tous les réseaux ; les bitumes intégrant du caoutchouc pour le silence, ou de l’oxyde de titane contre la pollution ; les murs antibruit à structure fractale ; les caténaires pour alimenter des camions électriques ; à moins que l’induction ne soit favorisée ; etc.

Cancer : ces cellules qui perdent le contact

Les thérapies ciblées déçoivent un peu, car les tumeurs peuvent être très hétérogènes — et donc ne pas être la conséquence d’une unique mutation.

Une nouvelle piste de recherche concerne une cause possible de l’apparition du cancer : des perturbations dans la communication entre la cellule et son environnement mènerait à lui faire exprimer d’autres gènes qu’en temps normal. À l’inverse, il est connu que des cellules cancéreuses in vitro peuvent retrouver un fonctionnement normal une fois réimplantée à leur place. On parle donc plus d’épigénétique que de génétique.

Manifestement, cette théorie n’en est qu’au début, l’article ne parle pas encore de thérapie.

La maîtrise de soi

Après bien des études, ils est établi que les enfants qui ont la meilleure maîtrise d’eux-mêmes réussissent mieux et sont plus heureux. Il faut donc développer cette capacité par des jeux et activités.

Il est bon de savoir que le sens commun touche parfois juste.

Une importante remarque : l’entourage (les parents surtout) ont leur rôle. Un enfant aux parents imprévisibles ou menteurs ne saura développer un sens du long terme, et privilégiera les gains à court terme (« un tien vaut mieux que deux tu l’auras »).

Je me demande comment tout ça peut être transposé à une société, avec un État imprévisible, des agents économiques qui ne voient plus que le court terme, et comment on pourrait rééduquer cette société...

Notre place dans l’univers

(Un article un peu longuet pour une idée simple.) Selon le principe copernicien, notre monde est quelconque. Selon le principe anthropique, nous sommes à l’endroit exact et exceptionnel où la vie intelligente est possible.

Il faut concilier cela : nous sommes en fait dans un quelconque très moyen, ni trop chaud ni trop froid, dans une période encore active mais déjà calmée de l’histoire de l’univers, au sein d’un système solaire un peu atypique mais stable. C’est le principe d’équilibre, et la vie n’est ni rare ni fréquente.

Art & fractales

JeremieBrunet-Treasure-pls_0450_delahaye_2.jpg Jean-Paul Delahaye expose le travail de Jérémie Brunet, spécialiste de l’art à base de fractales. D’où un questionnement sur la nature de l’art quand c’est un ordinateur qui calcule. Si la technique reste nécessaire, c’est bien un créateur qui fournit travail, imagination, génie, comme en photographie ou au cinéma.

Jeremie_Brunet_L_art_fractal.jpgEncore un bouquin d’art sur ma liste de cadeaux potentiels. Ça fait longtemps que les fractales me fascinent : au lycée sur mon Atari 520 STF je calculais l’ensemble de Mandelbrot, et en DEA je cherchais un attracteur étrange dans de la coalescence de bulles...

Divers

  • La maladie de Lyme est une maladie sournoise, mal diagnostiquée, aux symptômes banals. Ça ne date pas d’hier : Ötzi en était malade.
    J’en arrive à ne plus être tranquille en forêt. Si vous attrapez une tique ou détectez une tache mouvante sur votre peau, consultez un médecin.
  • Les chiens savent reconnaître les émotions de leur maître.
  • La quête de l’énergie sombre continue. Pour le moment des études sur le spectre des quasars permet de poser des contraintes sur une possible évolution du rapport des masses entre électron et proton (évolution donc indétectable depuis 12 milliards d’années), pour contraindre les modèles (« scalaires dits caméléon »).
    Je suis content que certains comprennent ce domaine.
  • Il y a 70000 ans, une étoile double constitué de deux naines a frôlé notre système solaire à moins d’une année-lumière, et traversé le nuage de Oort, lequel a sans doute été peu perturbé.
    Heureusement, sinon nous aurions eu droit à une pluie de comètes. Je me demande combien de temps ce genre de perturbation met à se manifester, et dure.
  • En creusant un peu, une planète comme Dune pourrait exister, par exemple une équivalente en taille de Mars, avec une atmosphère plus épaisse pour permettre une érosion suffisante.
  • Les enfants surdoués ne sont pas plus anxieux que les autres. Ce serait même parfois le contraire.