Au sommaire :

Avenir de la fusion

Le titre et un dossier s’étendent sur la faisabilité de la fusion nucléaire, ce graal énergétique qui nous garantirait une énergie inépuisable (le carburant est dans l’eau de mer), propre (du moins en dehors de la centrale) et sûre (pas de risque de polluer un continent en cas de pépin). Depuis 70 ans on prévoit que les centrales seront au point dans 50 ans.

Techniquement c’est un cauchemar : comment confiner 150 millions de degrés de telle manière que la fusion deutérium-tritium s’effectue, tout en récupérant la chaleur sans faire fondre le réceptacle, sachant que les neutrons émis doivent servir à fabriquer ce fameux tritium au passage et non à altérer les propriétés mécaniques des parois ?

J’ignorais qu’il existât deux filières pour obtenir la fusion :

  • la filière à tokamak, avec un plasma très chaud confiné magnétiquement (plus facile à dire qu’à faire), c’est la filière suivie par le réacteur ITER, encore loin du pilote industriel ;
  • l’outsider, le chauffage d’une cible par de nombreux lasers d’une puissance démentielle, au sein d’une chambre sphérique grande comme un immeuble ; c’est en fait une retombée des besoins militaires.

La fusion, on sait la faire dans les deux cas… quelques secondes en laboratoire. Un réacteur commercial devra cependant tourner 24h/24. Il faudra donc soit réussir à maintenir le plasma chaud en permanence, soit agir par laser sur de véritables rafales de cibles deutérium/tritium. Quelle que soit la filière, des progrès énormes (mais réalistes) doivent encore être accomplis par les techniciens pour améliorer les matériaux, augmenter la puissance des aimants, des lasers…

Théoriquement ça marche. Mais, forcément ruineuse, la fusion ne sera économiquement viable que si elle peut résoudre ces problèmes techniques assez vite pour ne pas être dépassée par d’autres techniques qui ont aussi 50 ans d’optimisation devant elles : solaire, géothermie…

Évolution des minéraux

Je n’avais jamais accroché à la géologie, mais depuis quelques temps je lis des choses passionnantes dessus. L’évolution des minéraux ne relève en aucun cas du darwinisme, mais comme ils sont les témoins des mécanismes en œuvres sur notre planète, il ne faut pas s’étonner qu’il y en ait des milliers.

En plus des originaux nés de la lave, des minéraux n’existent que grâce à l’action de l’eau, de la tectonique des plaques, des glaciers, à la présence d’oxygène due à la vie, et à la vie elle-même qui érode beaucoup, voire donne lieu à des roches sédimentaires (le calcaire n’est qu’un amoncellement de coquillages sur des durées géologiques, et charbon ou pétrole sont d’anciennes forêts). À l’inverse, bien avant cela, l’impact avec Théia avait redistribué les éléments rares et réduit leur capacité à créer des cristaux.

J’aime bien les expressions de Grande Oxydation (quand le taux d’oxygène a dépassé le pour cent grâce aux algues, et tout oxydé) ou de boring billion (« emmerdant milliard ») pour désigner l’interminable période suivante, qui n’a pas vu grand-chose de nouveau se dérouler dans aucun règne. (Ont suivi ensuite la Terre « boule de neige », l’explosion de la vie…)

Baleines mortes

Une baleine de plusieurs dizaines de tonnes qui meurt et se dépose sur le plancher océanique est une véritable manne pour la faune locale. Il lui faut des décennies pour absorber tous ces nutriments.

Il existe ainsi des cadavres de gros cétacés tous les quelques kilomètres sur le fond océanique, avec leur écosystème bien spécifique… qui en dit aussi long sur ce qui vit au fond des océans, loin de la lumière.

Univers mathématique

La « déraisonnable efficacité » des mathématiques pourrait s’expliquer si l’univers est une structure mathématique, une parmi une infinité, et donc soumise à ses lois. Il y a du pour et du contre. Tout cela est très éthéré, philosophiquement vertigineux, et sera encore sujet de réflexion dans quelques siècles je pense.

Divers
  • Les bernards-l’ermites sont capable de créer des bourses aux coquillages pour changer ensemble de maison.
  • Pour contrer les spéculateurs, qui cherchent à deviner l’évolution du marché et non à suivre la logique, il ne faut pas chercher à lutter, mais changer les règles du jeu pour que ledit marché n’ait plus d’intérêt à jouer ceci ou cela à la baisse. (Je m’abstiens de tout commentaire en raison de lois réprimant les incitations au meurtre.)
  • Les boissons énergisantes sont une saleté, surtout mélangées à de l’alcool dont elles masquent les symptômes, d’où des abus avec les conséquences que l’on imagine. En plus il y a risque d’accoutumance.
  • Un article intéressant sur les truffes m’a appris que ces champignons ont choisi de s’enterrer pour se protéger du climat parfois froid des régions tempérées. Inconvénient : il faut attirer une bestiole qui la déterrera, la mangera, et répandra les spores parfois très loin. D’où le besoin d’un fumet attirant. Et le rôle parfois crucial dans les écosystèmes.
  • Les merveilles du Système solaire en peinture : notamment une superbe vue des anneaux de Saturne depuis le « sol » et Valles Marineris.