Le 7 décembre 1941, alors que les nazis menaçaient Moscou, les Britanniques sautèrent de joie en apprenant l’attaque japonaise sur Pearl Harbor : les États-Unis allaient enfin entrer réellement en guerre. Bien des pages ont été écrites sur une théorie de la conspiration voulant que le Président Roosevelt, favorable à l’entrée en guerre de son pays, ait poussé le Japon à la guerre, et laissé les Japonais attaquer Hawaï pour retourner l’opinion publique isolationniste.

Destremau a son explication à la lumière des déchiffrements des messages japonais, et en analysant les jeux de devinettes en cascade entre capitales :

  • Britanniques comme Américains s’attendaient à une offensive japonaise sur les possessions britanniques d’Asie : Hong-Kong, Singapour, Malaisie, Birmanie... Cette attaque en Asie, on l’oublie, fut le véritable but de l’offensive japonaise, Pearl Harbor n’étant qu’un raid simultané.
  • Les Anglo-Saxons craignaient surtout que le Japon fasse le choix d’une expansion vers le nord, vers la Sibérie. C’eut été un véritable coup de poignard dans le dos pour l’URSS dont les troupes reculaient devant la Wehrmacht. La décision finale japonaise fut surtout le résultat des jeux politiques internes entre armée et marine notamment. Même si les Alliés le surent assez tôt, tous les analystes n’étaient pas convaincus que les Japonais attaqueraient au sud, et changèrent parfois d’avis. Cela a parasité leurs analyses sur les différentes cibles.
  • Les États-Unis n’avaient aucune sympathie pour le colonialisme, et préféraient même une attaque japonaise sur les possessions britanniques plutôt que contre l’URSS. Si les Américains étaient déterminés à soutenir l’Angleterre économiquement et matériellement, ainsi qu’à freiner l’expansionnisme japonais par des blocus et embargos, l’entrée en guerre réelle n’était pas à l’ordre du jour.
  • Les Japonais étaient conscients de l’hostilité américaine (Roosevelt avait déjà mis en place un embargo pétrolier contre eux). En frappant directement les États-Unis, pas seulement dans leurs possessions philippines, mais directement chez eux à Hawaï, loin des côtes japonaises, ils espéraient les choquer suffisamment pour les voir abandonner leurs projets en Asie. Le calcul, on le sait, fut mauvais, les Américains décidant de laver l’affront dans le sang.
  • Roosevelt fut réellement surpris par l’offensive japonaise. Destremau n’est pas partisan des théories de la conspiration, les interceptions effectuées indiquaient bien des préparatifs japonais d’agression, mais contre les possessions britanniques et néerlandaises (qui eurent lieu le même jour).

Destremau décrit par le menu les hésitations japonaises ; les messages entre Tokyo et les ambassadeurs (décryptés par les Américains !) marquaient bien la nécessité d’aboutir à un accord avec les États-Unis avant une date précise, celle à laquelle la machine de guerre serait enclenchée définitivement.

Le chapitre éclaire aussi un des mystères de la Seconde Guerre Mondiale : même allié au Japon, le Reich n’avait aucune obligation de se joindre à lui dans une offensive contre les États-Unis. Hitler lui-même savait que l’Amérique était un trop gros morceau. Pourquoi a-t-il commis sa plus grande erreur en déclarant lui-même la guerre que Roosevelt n’avait pas de raison formelle de lui déclarer (ce qui est une faille des théories du complot) ? Même les Japonais n’y croyaient pas. Les nazis avaient tout intérêt à ce que la flotte américaine se concentre dans le Pacifique.

Pour Destremau, Hitler était conscient que la guerre avec les États-Unis était inévitable. Il aurait pu repousser au maximum l’échéance, le temps d’en finir avec l’URSS. Les accrochages dans l’Atlantique lors de la bataille de l’Atlantique étaient cependant très fréquents, et un état de guerre non déclaré y régnait quasiment. Un nouveau Lusitania se produirait à brève échéance. Hitler aurait sous-estimé la puissance américaine en 1941, et tenu à garder l’initiative des événements.

1-Résumé
2-Barbarossa
3-Pearl Harbor
4-Vichy
5-La solution finale
6-L’assassinat de Hitler
7-Le bombardement de l’Allemagne
8-L’agonie du Reich
9-La bombe atomique