La Singé gravite au 21  (Roland C. Wagner) Autant l’excellente uchronie Rêves de Gloire semblait construit, complexe, fouillé et long, autant le space-opera La Sinsé gravite au 21 se lit comme rapidement du petit lait, sans se fatiguer, relaxant très agréablement les neurones.

Un héros à la Han Solo, une intrigue à multiples rebondissements plus ou moins crédibles, mais on ça n’est pas vraiment le sujet, des idées farfelues à chaque page, des machinations à tiroir, un cosmos tel que je l’aime, débordant de vies, de civilisations et d’extraterrestres originaux, des robots futés, indociles voire gaulois, des méchants un rien caricaturaux sinon c’est pas drôle, une ribambelle de références plus ou moins masquées aux autres auteurs du domaine : c’est le dessus du panier de la SF tonique mais qui délasse. Comme tout livre du domaine vieux de 30 ans, tout le côté informatique est déjà dépassé mais ça n’a aucune importance.

Bref : à lire.