Ceci est la suite d’une uchronie que j’avais pas mal appréciée, la France continue la Guerre, issue d’une réflexion collective.

Le point de divergence avec notre histoire portait sur le refus d’un armistice en juin 1940. Dans le premier tome était conté comment le Grand Déménagement emmène gouvernement et armée en Afrique du Nord. La France entière est envahie, et la Royale et l’aviation continuent le combat vaille que vaille aux côtés des Britanniques. Ceux-ci connaissent une bataille d’Angleterre moins violente, et la Lybie italienne puis la Sardaigne tombent tout de suite aux mains des Alliés. Le théâtre des opérations se centre autour de la Méditerranée bien plus que dans la trame historique réelle. Le premier tome finissait fin 1940.

lafrancecontinue-2.jpg1941-1942 prend la suite immédiate, pendant presque un an et demi. Presque jour par jour s’écoulent les opérations en Sardaigne, Corse puis Grèce (similaires mais différentes de ce qui s’est réellement passé en 1941) ou dans l’Empire italien ; en Asie et à Pearl Harbor ; et enfin en Russie. Les grosses différences concernent l’Indochine (menacée par les Japonais, alors que Vichy avait coopéré avec eux) et Barbarossa.

Ce livre se lit avec Wikipédia à côté pour goûter toute les différences entre la trame réelle et celle-ci fantasmée, bien similaire mais souvent subtilement différente. Accessoirement on apprendra des choses (qui se souvient qu’en 1941 nous avons mené une guerre contre la Thaïlande, ou que les Britanniques ont envahi l’Irak et l’Iran par précaution ?). Petites friandises : les allusions à des personnages dont le destin a basculé ou des films qui se seront inspiré des événements (que devient Un taxi pour Tobrouk dans un monde où Rommel sévit dans une Grèce enneigée ?).

C’est dans la postface que réside l’intérêt majeur. Jacques Sapir et ses confrères décrivent les choix qu’ils ont fait, leurs réflexions, leurs simulations. Tout en reconnaissant une part d’arbitraire, et que la probabilité de tomber juste se réduit au fur et à mesure que s’éloigne le point de divergence avec le réel, ils défendent les positions adoptées.

Économiquement tout d’abord : la France, forte de ses réserves d’or, pouvait se réarmer auprès du gigantesque « arsenal des démocraties » américain. Peinant encore à sortir de la crise de 1929, celui-ci ne demandait que cela, et l’argent et les ingénieurs français auraient stimulé la montée en puissance des États-Unis encore plus que dans la réalité : les nombreuses commandes de 1939 ou 1940 auraient été poursuivies, les Britanniques, soulagés d’une partie de l’effort, auraient pu rétrocéder des avions, et d’autres notables investissements auraient pu être faits pour les Français.

Les points de discussion principaux portent évidemment sur l’attaque japonaise généralisée de décembre 1941 sur les possessions occidentales (et accessoirement Pearl Harbor). Il n’y a pas de raison que les relations entre Japon et États-Unis, exécrables à cause des exactions en Chine, soient meilleures. Quel que soit le prétexte (ici l’intimidation des Japonais envers une France qui n’abandonne pas l’Indochine), étaient inéluctable l’embargo américain, puis l’affrontement armé : attaque des possessions occidentales en Asie, et raid sur Pearl Harbor. La Guerre du Pacifique commence de manière similaire, mais on nous promet une fin bien différente.

En Europe, la stratégie des Alliés est contrainte : ils sont forcés de contre-attaquer, et ne peuvent le faire qu’en Méditerranée, qui devient le champ de bataille principal, et en espérant détacher l’Italie de l’Axe. Même s’ils n’ont pas les moyens de leur ambition, cela ne fait pas l’affaire d’Hitler qui, lui, ne pense qu’à l’attaque de l’URSS.

C’est dans le premier tome que Sapir & compagnie avaient justifié le maintien de Barbarossa : la psychologie d’Hitler doit rester la même. La conquête du Lebensraum aux dépens de ces sous-hommes de Slaves est le but fondamental de sa guerre. Les Anglais et Français laisseraient tomber quand il aurait à sa disposition toutes les ressources de l’URSS, et ce n’était pas ces Américains enjuivés et négrifiés qui allaient changer grand-chose...

Toujours est-il que même le Führer doit se rendre à l’évidence : les combats en Méditerranée mobilisent trop de moyens et l’attaque doit être reportée d’un an [1]. Une année qui, la postface le décrit fort bien, a réellement manqué justement à Joukov pour réorganiser l’Armée Rouge et la préparer au combat. Une Allemagne plus fatiguée attaquant une URSS bien mieux préparée : on nous promet des conséquences « cataclysmiques » pour le Reich.

Pour la forme, on retrouvera les mêmes défauts que pour le premier tome : une action trop détaillée quant aux opérations militaires et aux événements politiques au jour le jour, qui ne laisse pas assez de place pour les réflexions de fond, la vie des civils, les évolutions technologiques, l’impact du maintien des Français sur les opérations. Il est vrai que le pavé est déjà assez lourd... Les cartes manquent, et celles présentes renseignent peu. On aimerait plus de moyens de détecter les variations avec la réalité que la lecture parallèle de livres ou de Wikipédia.

Les premières salves de Barbarossa démarrent dans les dernières pages, et j’attends le tome 3. Par rapport à la réalité, comment les lignes de front finales se positionneront-elles ? Les Russes à Strasbourg, et les Japonais soumis avant de recevoir des bombes atomiques sur la tête ? Comme les habitants de ce monde fantasmé, il faudra patienter encore quelques temps...

PS : Voir aussi la critique d’Alias, fan du projet.

Note

[1] Rappelons que cela n’est qu’une extension de la trame historique : les Italiens ont réellement attaqué la Grèce fin 1940, et se sont fait raccompagner à la frontière. Ce qui motiva une intervention allemande en 1941, incluant l’invasion de la Yougoslavie. Militairement un succès foudroyant, mais tout cela retarda de quelques semaines l’attaque de l’URSS..., semaines qui manquèrent peut-être pour prendre Moscou, atteint et raté trop tard dans l’hiver. La ténacité grecque a peut-être fait perdre la guerre à l’Allemagne.