En fait, le premier et le dernier usage sont acceptables. L’auteur doit en fait décider si l’expression est française ou latine :

  • dans le premier cas, « à priori » est correct ;
  • dans le second cas (mon préféré), il faut l’écrire en latin sans accent sur le a et en italique comme toute expression étrangère.

Les détails sordides sont sur : http://www.langue-fr.net/spip.php?article128[1].

Au passage, pour « a posteriori » c’est la même chose.

Notes

[1] Avec aussi la réponse à une question qui en empêche plus d’un de dormir : « c’est quoi cet ablatif en -i alors que l’aurait plutôt attendu “a priore” ? »