(Comme d’habitude, le texte vise à résumer, et l’italique indique une remarque de ma part.)

Il y a parfois de bonnes surprises dans les dépôts de livres en accès libre que l’on trouve à présent un peu partout. Il s’agit ici de la réédition de 1987 (il y en a une de 2017) de l’ouvrage de 1871 d’un des anciens responsables de la Bibliothèque de Strasbourg. Rodolphe Reuss a passé en revue et résumé des dizaines de procès en sorcellerie sur deux siècles.

Les sorcières

Les « sorciers »  et « sorcières » sont de toutes les couches sociales, mêmes les plus élevées, et de la campagne comme de la ville. Les femmes sont surreprésentées : elles sont censées être moins intelligentes, moins capables de se défendre, et donc plus faciles à séduire par Satan, qui d’ailleurs est un être au-delà du lubrique. Les enfants ne sont pas épargnés.

Satan est censé frapper à un moment de faiblesse, pour une raison ou une autre : il donne, protège, offre des pouvoirs. Il s’agit de devenir plus riche, se venger, tuer des animaux, ou beaucoup d’enfants — il fallait bien une explication aux nombreux décès en bas âge. Bizarrement, aucun de ces pouvoirs n’est dangereux à grande échelle, et il se retourne parfois contre la personne ou les biens de la sorcière. Les réunions avec Satan, les sabbats, les différentes formes de Satan, les noces diaboliques, du dernier degré de dépravation... tout cela figure dans les minutes des procès avec moults & glauques détails, menus des noces et composition des breuvages inclus.

Les procès

L’Église catholique n’est pas seule coupable de chasse aux sorcières ; l’Alsace était d’ailleurs en bonne partie protestante à cette période. D’ailleurs les inquisiteurs n’étaient plus aux commandes, et chaque ville avait son tribunal dédié aux maléfices, rempli de gens sans formation, que Reuss décrit comme incultes et bornés. Il n’y avait presque jamais d’avocat, cela ralentissait trop le procès, et il ne faisait de toute façon pas bon protéger un accusé de sorcellerie : c’était un bon moyen de se voir suspecté soi-même. Se défendre trop bien est également l’indice d’une possession satanique. Par contre, il est évident que Dieu protège les juges !

Au début d’un procès, il y a bien sûr dénonciation, pour une broutille souvent (tout le monde se surveille, dans des petites villes), souvent par calomnie, ou dénonciation anonyme, mais parfois à cause de l’aveu d’un(e) accusé(e) de sorcellerie. Le juge agit à charge, appelle des témoins qui n’ont pas à prouver ce qu’ils avancent, cherche des traces du Malin, et, bien sûr, fait grand usage de la torture. Il y avait une grande variété de supplices, et plusieurs degrés, dont même le premier fait dresser les cheveux sur la tête. La recherche de signes « objectifs » de possession (marques diverses, dont celle d’une partie insensible du corps) relevait aussi de la torture. Évidemment, l’accusé(e) avouait au final tout et n’importe quoi, quand il ne décédait pas sur le chevalet. Les incohérences et contradictions dans les confessions n’étaient pas un problème.

Le ou la coupable quittant généralement ce monde, ses biens étaient confisqués, servant entre autres à payer le procès, les juges, rémunérer les accusateurs ! — la question des dénonciations calomnieuses est donc ouverte, et enfin remplir les caisses de la commune. Quand les juges étaient miséricordieux, que la sorcière se repentait, il y avait décapitation ou étranglement avant le bûcher. Si, quasiment par miracle, l’accusé était déclaré innocent (cela arrivait !), on l’exilait quand même.

(Cette hystérie collective se retrouve dans les sorcières de Salem. Au moins les Américains ont-ils alors tiré une morale de l’histoire. Un exemple effroyable, alsacien, vers 1617-1630 est la série de procès à Molsheim, où 76 « sorciers » ont été brûlés… dont 30 enfants !

Il ne faut pas se moquer de ces gens si superstitieux. À l’époque moderne, sans Satan, le phénomène du coupable par association sans défense possible frappe aussi : Terreur en France, terreur stalinienne... Certaines hystéries médiatiques ou sur les réseaux sociaux sont moins graves, mais de la même logique.)

Le nombre de victimes est effarant : on parle de bûchers chaque année, ou presque, pendant des décennies, avec parfois de véritables flambées . Sélestat : 91 sorcières brûlées de 1629 à 1642 ; Rouffach : 37 personnes en 8 ans à Rouffach avant 1596 ; et 5000 dans l’évêché de Strasbourg entre 1615 et 1635 ! Le XVIIè siècle fut pire que le XVIè à cause de la Guerre de Trente Ans. Il y eut encore quelques cas de procès dans les premières décennies du XIXè siècle ! Pour Reuss, les bûchers n’ont reculé que grâce aux philosophes des Lumières. Et le combat contre ignorance et superstition n’est pas fini, déplore Reuss en 1871.

Pourquoi

Rodolphe Reuss cherche des explications à un tel délire et à tant de victimes. L’acharnement des juges à poursuivre la torture jusqu’à des aveux complets, et la suggestion des réponses à l’accusé, la duplicité des interrogatoires, la perspective d’être damné si l’on n’avouait pas… n’expliquent pas tout.

Un point important : dans un monde ignorant et superstitieux, tout le monde croyait au Diable autant qu’à Dieu, et était réellement terrorisé par le concept, les juges — sincères — comme les accusés. Avec suffisamment de pression, ces derniers pouvaient mettre eux-mêmes sur le compte d’influences sataniques certaines de leurs mauvais pensées ou rêves. Certaines personnes étaient évidemment des malades mentales à un degré ou un autre.

Une autre explication levée par l’auteur est la disponibilité de substances plus ou moins hallucinogènes. Vue la rudesse du temps, la consommation ne devait pas être anecdotique chez certains (Reuss la compare à l’ivrognerie de son temps et le besoin d’oubli de la réalité). Les consommateurs auraient projeté dans leurs délires confus leurs croyances et les on-dits, et sincèrement cru rencontrer le démon, avant ou après la suggestion des juges. Les aveux étaient donc parfois sincères ! Cela expliquerait aussi leur monotonie.

Enfin, certains procès auraient plutôt dû relever du droit commun : empoisonnement (mais toute science était à l’époque ramenée à la magie), simple charlatanisme, ou affaires de mœurs divers, dont l’accusé comme la société préfère se dédouaner sur Satan. Enfin, les accusations de sorcellerie permettent de s’attaquer aux hérétiques ou aux membres d’une religion concurrente (clergé compris).

Rodolphe Reuss 1880 (image Wikimédia, domaine public) Rodolphe Reuss est manifestement consterné par la crédulité et les préjugés des gens de cette époque. Il parle du Marteau des Sorcières comme d’un « monument prodigieux de la bêtise humaine ». Il sait bien que son lecteur du XIXè siècle ne croit plus à la sorcellerie, mais il sait que certains sont sceptiques sur l’ampleur ahurissante du phénomène. On sourit et on le sent gêné, quand certains passages des sévices subis sont trop obscènes pour être racontés « même en latin ».

On retrouve dans les pages quelques blessures personnelles de l’auteur. Plus d’une fois, il se plaint que certains documents ont été détruits par les « obus prussiens » en plein pendant la rédaction du livre : sa chère bibliothèque strasbourgeoise a été incendiée lors du très dur . Il a ensuite dû quitter l’Alsace annexée. Il la verra à nouveau française — mais ses trois fils auront laissé la vie dans la Grande Guerre.