Loin de l’histoire militaire pleine de bruits, il y a la petite grande histoire, celle qui se déroule dans des réunions feutrées, ou dans des consciences déchirées entre devoirs, intérêts, peurs et réalisme. C’est plutôt celle-là que William Craig choisit de décrire. En 1967, ce livre rapportait les souvenirs des survivants des dirigeants de l’Empire japonais pendant les jours les plus terribles de son histoire. Si quelques pages décrivent les événements militaires de la toute fin de la guerre ou s’étendent sur la mission qui a failli ne pas lâcher la deuxième bombe atomique sur Nagasaki, l’essentiel tourne autour des discussions, tergiversations et affrontements des divers dirigeants japonais.